Ushuaïa, Argentine
3 mars 2011
J’ai mis les pieds à Ushuaïa il y à peine deux jours, la ville la plus au sud du monde. Je suis dans cet endroit accueillant, coloré et surtout paisible.

Il est difficile qu’il en soit autrement avec les montagnes qui entourent cette petite ville à presque 360 degrés à la ronde, les quelques degrés restants étant ceux du canal Beagle, celui qui mène vers la destination pour laquelle je me retrouve ici avec 90 autres personnes d’un peu partout dans le monde.

Gracieuseté de www.uantarctic.org

Certains caressent le rêve de sortir de ce canal pour rejoindre l’Antarctique depuis des années, certain ont sauté sur cette opportunité il y a quelques semaines à peine. Certains y vont pour la énième fois. Certains se rendent au «continent blanc» pour les pingouins ou les baleines, d’autres pour les glaciers, les courants marins, le phytoplancton, les fossiles d’anciens mammifères… nommez-les, toutes les passions se rencontrent dans cette expédition, toutes unies par ce dévouement pour notre chère planète terre.

Et moi? Que fais-je ici? Quelqu’un, pincez-moi! Je me rends à peine compte que je fais partie de ce groupe; mais je me rends compte de la chance incroyable que j’ai de partir moi aussi demain, de traverser ce canal et de naviguer vers les glaciers et les monts blancs qui forment ce qu’on connaît de l’Antarctique. En regardant des photos de cet endroit qui semble irréel, si loin du Canada, que je croyais inaccessible, j’en ai des frissons. Je suis ici, moi aussi, parce que j’avais un rêve, parce que j’ai une passion: notre chère planète. Une passion animée par un désir de la protéger, de la préserver, de l’apprécier, de ne pas la tenir pour acquise.

Je suis ici, sur le point d’arriver en Antarctique pour voir, sentir, vivre ce lieu unique au centre même du système planétaire si fragile et en pleines perturbations, pour tenter d’en comprendre un peu plus. La compréhension est un premier pas vers le changement et les solutions: comprendre ailleurs pour agir ici, chez soi. Alors qu’Ushuaia est la fin d’une aventure pour certains, déjà bien loin au sud, c’est plutôt le début de la mienne. Cette aventure sera bien différente de tout ce que j’ai jamais vécu jusqu’à maintenant et je souhaite au cours des prochains jours pouvoir la partager avec vous, peut-être même vous transmettre cette passion qui m’anime afin que nous puissions travailler tous ensemble pour préserver cette chère planète. Bonne aventure et bonne lecture à vous aussi!

Suivez les aventures quotidiennes d’Audrey Yank en cliquant sur www.uantarctic.org/2011-daily.php

 
Sur le même sujet: