Écoutez.ca
21 septembre 2010
En ligne depuis quelques mois, on retrouve sur ce site toute l’information imaginable sur l’actualité musicale et sur quelque 1500 artisans faisant partie du milieu. Photos, extraits, vidéos et calendrier; la page dédiée à chaque groupe ou artiste est on ne peut plus complète, bien qu’elle n’ait rien d’absolument novateur.

Il était grand temps que la musique québécoise se taille une véritable place dans le cyber-espace. Et pour cause, plusieurs artisans de l’industrie musicale réunis cet été dans le cadre des Rencontres annuelles de l’ADISQ (Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo) discutaient des enjeux du virage numérique en ne faisant que de tristes constats. Le téléchargement illégal et l’obsolescence du CD se présentaient toujours comme de redoutables obstacles et les simples fonctionnalités des réseaux sociaux, comme seuls outils de diffusion à l’ère 2.0. Et pourtant, en marge de leurs échanges se déroulait la conférence MusiQCnumériQC. Programmeurs, médias alternatifs et agences de communication québécoises s’y trouvaient, chacun y allant d’une solution pour résoudre l’impasse. Parmi celles-ci se trouvait Ecoutez.ca, un portail voué à la diffusion de la musique québécoise.

En ligne depuis quelques mois, on retrouve sur ce site toute l’information imaginable sur l’actualité musicale et sur quelque 1500 artisans faisant partie du milieu. Photos, extraits, vidéos et calendrier; la page dédiée à chaque groupe ou artiste est on ne peut plus complète, bien qu’elle n’ait rien d’absolument novateur.

Au-delà de sa vocation informative, Ecoutez.ca se veut aussi une alternative à iTunes, une plateforme qui, selon plusieurs, ignore totalement la distribution locale. Ici, chaque artiste ou maison de disque peut décider des titres qu’il offre en vente ou en écoute libre. La plupart des dates de concerts annoncées sur la page sont quant à elle reliées au site atuvu.ca, qui offre des billets à rabais à tous les membres qui s’y inscrivent.

Loin d’aspirer à devenir un autre réseau social ou un nouveau média, le portail prend plutôt le pouls de tout ce qui s’écrit sur la musique québécoise, rassemblant dans sa section «actualités» articles de journaux, billets de blogues et tweets de tous les horizons. Le référencement d’une page d’Ecoutez.ca vers Facebook ou Twitter est aussi très facile. La diffusion et le partage peuvent donc y prendre des proportions exponentielles.

Afin de profiter de toutes ses fonctionnalités, mieux vaut s’inscrire à Ecoutez.ca, ce qui est évidemment gratuit. Vous pourrez alors créer vos propres listes de lecture et constituer votre profil d’«amateur de musique», si cela vous dit.

La popularité du site semble relever du bouche à oreille pour l’instant, ce qui pourrait expliquer que des artistes que l’on dirait plus populaires n’y ont pas leur page. Les artistes émergents sont d’ailleurs souvent les plus novateurs en ce qui concerne les nouvelles technologies. Néanmoins, le site vaut le détour, et on ne peut qu’espérer qu’il sera bientôt considéré comme une partie de la solution aux parts de marché perdues par les disquaires. D’ici là, vous pourrez tout de même vous y rendre, ne serait-ce que pour y jeter un œil. Si ce n’était pas déjà le cas, Myspace vous semblera alors… tellement 2007.

 
Sur le même sujet:
7 septembre 2010
26 octobre 2010