Poésie, sandwiches et autres soirs qui penchent
12 janvier 2010

Désigné depuis quelques années comme « le Casse-Noisette du festival international de littérature», Poésie, sandwiches et autres soirs qui penchent, conçu et mis en scène par Loui Maufette, est rapidement devenu un rendez-vous théâtral incontournable.

Ce happening poétique aussi accessible qu’éclectique rassemble à chaque année depuis 2006 des oeuvres de répertoires très variés (c’est le moins qu’on puisse dire) portées à la scène de manière incroyablement dynamique par une distribution aussi nombreuse que chevronnée. J’ai fait pour une première fois l’expérience de ce concept à la fois simple et inédit en mai dernier alors que Dans les charbons, pendant plus intimiste et moins flamboyant du spectacle, était présenté au Quat’sous. En conclure que je fus charmée serait bien faible. Pendant les quelques deux heures que durait la représentation se sont côtoyées tout naturellement des pièces de Baudelaire, Évelyne de la Chenelière, Boris Vian, Richard Desjardins, Jean Genet et Claude Gauvreau (pour ne nommer que ceux-là) dans un traitement tantôt humoristique, tantôt émouvant, mais toujours aussi intense qui alliait l’interprétation d’Andrée Lachapelle, Patrice Coquereau, Roger La Rue et Kathleen Fortin à celle de dix autres comédiens constamment présents sur scène. À une mise en scène très éclatée s’ajoutaient aussi quelques chansons signées Clara Furey et interprétées avec Francis Ducharme ainsi qu’une chorégraphie sublime de Danièle Desnoyers. Bien que de la représentation offerte dans le cadre du FIL se dégageait une moins grande complicité avec le public et une cohésion un peu moins forte entre les oeuvres encore plus diverses qui étaient au programme, j’en suis tout de même ressortie avec quelques sandwiches offerts par les comédiens après leur dernier salut et avec l’impression que jamais la poésie ne se sera montrée aussi conviviale pour bon nombre d’entre nous. Quoi souhaiter de mieux pour 2010 que ce concept devienne tradition?

 
Sur le même sujet: