Slow Food ou renaissance de la gastronomie artisanale
10 novembre 2009
«Acheter, c’est voter»: c’est ce que bon nombre d’activistes répliquent lorsque vous leur demandez leur conception de la consommation alimentaire. Ils n’ont pas tort: se procurer des ananas scellés sous vide et bourrés d’agents de conservation entretient la logique complaisante des multinationales. C’est aussi s’alimenter d’une manière moins saine qu’on ne le fait avec des produits du Québec. Fini les produits transformés. Faisons place à ce contre-courant qui rejette l’ubiquité du Fast Food. Cette semaine, Le Délit vous invite à passer à table. Au menu? Tomates de serre écologiques, oignons biologiques, jeunes pousses et graines germées, plateau de fromages de chez-nous. Un guide d’initiation pour l’étudiant pressé! Slow Food, Slow Lecture: prenez le temps de bien lire cet article, avec un verre de jus de pommes brun à la main!

Les origines du Slow Food

Le Slow Food voit le jour à Paris en 1989, lorsque Carlo Petrini, journaliste et critique gastronomique, mobilise des citoyens de quinze pays et leur fait signer le manifeste fondateur du mouvement. «Son propos visait la promotion de produits italiens typiques afin d’améliorer les conditions socioéconomiques des petits producteurs», explique David Szantos, fervent activiste de la cause et président d’Icebox Studios, une entreprise de communications dans le domaine agroalimentaire.

Au Québec, l’avènement du Slow Food remonte à février 2001, lorsque Paul Caccia de Slow Food Canada et son équipe de bénévoles ont proclamé le mouvement. Comme son nom l’indique, le Slow Food n’a rien du «tout cuit dans le bec». Il relève encore moins de la consommation d’aliments emballés, expédiés à toute allure jusqu’aux tablettes de votre supermarché. Il refuse donc le rythme de vie trop précipité que propose l’omniprésente industrie du Fast Food à travers le monde. Il suggère également de se renseigner sur l’origine des aliments, d’assortir sa cuisine de produits locaux et saisonniers et de tout goûter avec sa tête.

Pour Gabriel Riel-Salvatore, président de Slow Food Québec, il s’agit d’«une philosophie, [d’]un mode de vie qui promeut la consommation et la production de produits locaux». Un des buts premiers du mouvement est de renseigner la population urbaine sur le vaste réseau de distribution des produits locaux, que ce soit par des sites Web, des prospectus ou des conférences citoyennes. Autrement dit, le consommateur s’informe d’abord des lieux de production et peut ensuite se procurer les produits dans divers marchés saisonniers, dans quelques épiceries fines de la métropole ou, même mieux, directement chez le producteur.

Mangez local

S-Champignon Commencez par comparer le goût du potage de courges d’automne de votre grand-mère à celui d’une soupe en conserve. Rien à voir, n’est-ce pas? Comment intégrer le premier dans son assiette? Avant même d’allumer le four, il faudrait prendre conscience de la richesse que nous procure cette terre sur laquelle on piétine. Il est primordial de reconnaître les produits locaux à leur juste valeur et de s’instruire grâce aux idées que prône la philosophie du Slow Food, parce que chaque bouchée, rappelons-le, s’avère être un nouvel apprentissage de la cuisine.

Derek Dammann, chef et associé du restaurant DNA dans le Vieux-Port de Montréal, souligne l’importance de la biodiversité alimentaire en participant à la semaine canadienne du Slow Food, qui prenait justement place la semaine dernière. DNA se réclame d’une vocation agroalimentaire qui encourage le mouvement Slow Food: «Il faut comprendre que c’est une façon plus intelligente de concevoir la nourriture», affirme Dammann. Son entreprise de restauration y arrive d’une manière très simple, mais essentielle: «C’est en faisant la promotion de nos vins canadiens et de nos produits locaux que nous parvenons à transmettre l’essence de notre patrimoine culinaire.» Il explique que cette expérience est d’autant plus intéressante qu’elle relève de la surprise: par exemple, ils offrent «une large variété de champignons que la plupart des gens ne connaissent pas: c’est nouveau pour eux».

Manger Slow Food, c’est aussi adapter ses choix alimentaires en fonction des mois de l’année. Cueillis à maturité, les produits de saison ont davantage de saveur, contrairement aux produits hors-saison, cueillis plus tôt pour des raisons de transport. La crème des fruits et légumes ne traverse pas un océan ni ne parcourt des milliers de kilomètres pour arriver dans notre assiette: elle est cultivée à Saint-Constant, Saint-Hilaire, Rimouski, Oka. De plus, elle est abordable: les prix baissent avec ce type de consommation, vu l’absence d’intermédiaires entre le consommateur et les producteurs.

Commencez jeune

S-Tomate Szantos veut étendre l’influence du Slow Food à la jeunesse étudiante par l’inauguration internationale du Youth Food Movement (www.youthfoodmovement.org) et l’instauration du programme Pangea: The Ark of Knowledge. «C’est un programme qui vise à établir des échanges entre jeunes stagiaires et artisans, fermiers ou producteurs agroalimentaires, dans le but de transmettre ce savoir à la prochaine génération.» Trop souvent, selon lui, les enfants de ces producteurs ne veulent pas poursuivre l’entreprise de leurs parents: il n’y a donc pas de transmission d’héritage et, dans certains cas, pas de diffusion du «savoir-faire alimentaire».

La voix de la jeunesse demeure celle de l’avenir: pour Szantos, «l’intégration des jeunes dans le mouvement est nécessaire pour son évolution et pour sa durabilité dans le temps». Riel-Salvatore se range du même côté que Szantos. De même, il conçoit le Slow Food comme un enrichissement avantageux pour les étudiants: «Pour eux, c’est une belle occasion de se familiariser avec les produits du Québec et d’apprendre à cuisiner eux-mêmes.»

Toutefois, pour Nikki Petropoulos, étudiante à l’Université de Montréal, «le mouvement ne peut pas entrer dans la norme à l’heure actuelle. Le problème, c’est “l’instantanéisme” et le besoin que l’on se crée de toujours vouloir rentabiliser notre temps». «Pour un étudiant, entre la vie sociale, l’école, le boulot… c’est souvent la santé qui écope», renchérit-elle. Cette tendance incite les jeunes consommateurs à chercher des produits qu’ils ont immédiatement à portée de main.

Conséquemment, l’omniprésence de la chaîne alimentaire industrielle écrase les petits producteurs agricoles. En revanche, si le mouvement mobilise une partie de la population et que les produits locaux sont courus, il peut y avoir un renversement de la donne: «Le marché Jean-Talon a tout en son pouvoir pour tuer le IGA du coin, parce que les citoyens sont prêts à payer pour des produits de chez nous. Simplement, ces prix doivent battre la compétition», souligne Vanessa DeFelice, étudiante aux HEC de Montréal.

Tout compte fait, la décision ultime est laissée entre les mains des consommateurs. Consciemment ou non, ils décident de leurs achats alimentaires, et donc de la fluctuation de l’économie régionale dans le secteur agroalimentaire. Heureusement, il existe diverses sources d’information et d’inspiration pour ceux qui désirent développer ce sens du goût. Par exemple, David Szantos guide ses étudiants en les «amenant à se questionner, pour qu’ils puissent redécouvrir leur identité gastronomique, et ce faisant, prendre responsabilité de leurs actions comme consommateurs». Ainsi, les étudiants peuvent élargir l’éventail de leurs possibilités au lieu d’être confinés à la consommation rapide et artificialisée.

Il est possible de consulter Les plaisirs du Slow Food de Corby Kummer, Slow Cooker Comfort Food de Judith Finlayson ou encore Le Fruit de ma passion de Daniel Vézina pour débuter sur la bonne cuillère.

Freinez l’accéléré

S-Mais Oui, le mouvement prône la lenteur. Que dire de son rapport avec notre économie qui carbure à toute vitesse? Jon Kabat-Zinn, professeur émérite à l’Université du Massachussets, affirme que le mouvement «est la façon ultime de se concentrer sur notre restauration d’énergie qui, elle, s’efforce de nous rappeler qui sommes vraiment, c’est-à-dire des êtres humains et non des exécutants».

Mais soyons honnêtes: notre position d’étudiant implique un horizon, nécessaire, de permissions et de récompenses diverses que l’on s’accorde. L’une de ces concessions est de s’autoriser à consommer sur le pouce, dans une cafétéria du campus –ou pire, de se procurer les produits médiocres d’une machine distributrice. La vérité est que le manque de temps et d’argent a souvent raison de notre volonté.

Ainsi, au lieu d’investir dans une alimentation saine et économique à long terme, certains finissent par dépenser leur faible revenu sur des produits faits à la chaîne. Le Slow Food propose une alternative contraire: un rapport personnel à l’alimentation, par l’éducation au goût.

Pensez global

S-Pomme Manger local n’est pas synonyme d’isolement régional. Le mouvement Slow Food s’étend sur 110 pays, mais à Montréal «la production est très faible, vu la faible disponibilité des terrains destinés à l’agriculture», affirme Szantos. Ce manque d’espace complique l’accessibilité aux produits agroalimentaires parce que «la production locale pendant l’hiver est inexistante, même dans les régions les plus productives», ajoute-t-il.

«Le domaine gastronomique au Québec est fortement influencé par plusieurs cultures: les Premières Nations, la France, l’Angleterre, l’Irlande et les États-Unis, pour ne nommer que ceux-là», ce qui rend difficile de cerner la question des traditions alimentaires québécoises. Adhérer au mouvement Slow Food, ce n’est pas que promouvoir notre cuisine locale, c’est donc aussi s’intéresser aux produits des autres cultures.

Alors soyez slow, partout, toujours. Réjouissez-vous, il est possible d’adopter un mode de vie slow sous d’autres formes: le slow living, le slow travel, les slow schools et même le slow sex!

Tout compte fait, Slow Food cherche à combler nos désirs, nos plaisirs, notre soif d’apprendre et notre bonne conscience d’écocitoyen. C’est une question à plusieurs volets: porter un intérêt aux fruits d’une nation, connaître les producteurs et leurs produits, se responsabiliser dans notre quotidien et refuser le rythme effréné que nous impose la société. Tout ça dans le but d’adopter un style de vie alimentaire plus conscientisé et d’influencer positivement sa communauté. La prochaine fois que vous verrez une publicité de Kraft sur l’autobus de la ville, rappelez-vous le verre de jus de pommes dégusté lors de la lecture de cet article. On verra qui fera le poids dans votre estomac.

Slow Food vs. Fast Food : Contrer l’incurable

Le mouvement Slow Food trouve d’autant plus de sens que le nombre de cas d’obésité et de cancer dans les pays industrialisés est en croissance fulgurante. Les docteurs Denis Gingras et Richard Béliveau, auteurs du livre Les aliments contre le cancer, ont été les premiers au Québec à dénoncer publiquement l’incidence de la malbouffe sur la propension à développer un cancer. «De mauvaises habitudes alimentaires, principalement générées par le Fast Food et les aliments issus des multinationales, seraient responsables de 40% des cas de cancer.» Les statistiques démontrent l’urgence de trouver une solution à ce problème de société. Deux personnes sur cinq paieront le prix des méfaits du Fast Food. Quand 80% des cas de cancer du côlon sont provoqués par l’ingestion de malbouffe, il n’est pas surprenant de voir se mettre en place un contre-phénomène, témoin des anomalies de notre monde trop pressé.

 
Sur le même sujet:
25 janvier 2011
22 septembre 2015