Votez pour sauver la Clinique d’information juridique
3 novembre 2009
Une des trois questions du référendum d’automne de l’AÉUM demande à la population étudiante de continuer à soutenir la CIJM en la finançant à la hauteur de 3,50$ par session.

Que valent les droits si nous n’avons pas les moyens nécessaires pour les faire respecter? Même la meilleure loi s’avèrera inutile si le citoyen ne peut en connaître la teneur ou ne sait comment il peut se prévaloir des droits que cette loi lui garantit. Car nous le savons: il y a beaucoup de lois.

L’étudiant en droit apprend, pendant sa formation, à se perdre dans les dédales de l’univers juridique. Il n’est donc pas surprenant que le citoyen qui ne possède pas une telle formation ne sache s’y retrouver.

La réalité est que la majorité des étudiants et des citoyens ne font pas assez d’argent pour se payer les services d’un avocat compétent. Ils ne peuvent que rarement compter sur l’aide juridique, qui ne sert que les gens au salaire annuel de 13 000 $ ou moins.

Dans cet univers un peu désespérant, une clinique juridique comme celle de McGill est un peu comme une oasis dans un désert. On peut y consulter gratuitement de jeunes étudiants en droit qui se font toujours un plaisir de tester leurs connaissances afin de nous informer de l’état du droit sur un sujet ou un autre. La société y trouve son compte, car c’est un service qui améliore l’accès à la justice. L’étudiant en droit y trouve son compte, car il peut, dans ce forum, acquérir autant de connaissances que dans les salles de classe. Enfin, le citoyen y trouve son compte, car il est en mesure de bénéficier davantage du système de justice qui vise à le protéger.

La Clinique d’information juridique de McGill a toutefois besoin de votre aide pour continuer à fonctionner. Les étudiants en droit continuent, et ce avec un grand plaisir, de donner bénévolement de leur temps afin de s’assurer que cette institution continue d’exister, mais l’argent étant le nerf de la guerre, la participation financière des étudiants de McGill est aussi nécessaire.

Voter «oui» pour le maintien de la contribution financière à la Clinique d’information juridique de McGill permettra à cette dernière de continuer à jouer son rôle, aujourd’hui plus important que jamais, alors que les problèmes d’accès à la justice se font de plus en plus criants.

Hugues D. Bergeron, étudiant de 3e année à la Faculté de droit de l’Université McGill.

 
Sur le même sujet: