Fortune Cookie

Les dernières péripéties en Corée du Nord

Que se passe-t-il en nord ? Si la spéculation est souvent de mise lorsqu’il est question de ce pays mystérieux, les événements des derniers mois laissent place à de nombreuses allégations.

L’actuel dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong-il est le successeur de Kim Il-sung, fondateur et « Grand Leader » de la Corée du Nord de 1948 à 1994. Homme de tous les excès, Kim Jong-il adore le cinéma américain, la gastronomie et l’alcool de luxe –des goûts qui contrastent avec la réalité du pays communiste, qui a entre autres été touché par la famine durant la fin des années 1990. Maintenant âgé de soixante-huit ans, Kim Jong-il est dans un état de santé précaire ; en fait, certains spécialistes croient même qu’il est déjà décédé, en septembre 2008, et qu’il est actuellement remplacé par un sosie. Pire encore, Toshimitsu Shigemura, professeur à l’université de Waseda, croit que le « Cher Leader » est mort de diabète en 2003.

Quoi qu’il en soit, en Corée du Nord, on prépare la succession officielle de Kim Jong-il. Qui donc prendra la tête du pays ? Il semblerait que ce soit son troisième fils, Kim Jong-un, qui le fera. Son troisième fils ? En effet, Kim Jong-nam, le premier fils du « Cher Leader », est tombé en disgrâce après avoir été arrêté à Tokyo en 2001 alors qu’il tentait de se rendre au Disneyland japonais en cachette avec un faux passeport dominicain. Son deuxième fils, Kim Jong-chul, a été écarté lui aussi : selon Kenji Fujimoto, le chef sushi personnel de Kim Jong-il, Jong-chul serait « trop féminin » pour gouverner le pays. Trop féminin dans ses manières… ou homosexuel ? D’une façon ou d’une autre, ce ne sont que des spéculations, bien entendu. Dernièrement, d’autres sources ont suggéré que Jong-chul serait malade de façon chronique, ce qui justifierait qu’on l’écarte de la succession. À moins que ce ne soit qu’une excuse pour calmer les rumeurs concernant sa « féminité»…

Le successeur de Kim Jong-il devrait donc être son troisième fils, Kim Jong-un. Tout laisse croire que c’est ce dernier qui sera à la tête du pays : des campagnes de propagande ont déjà commencé à cet effet cet été, entre autres par la diffusion de chansons patriotiques vantant la loyauté et la valeur de Jong-un. Mais à vingt-six ans, est-ce que Jong-un est prêt à prendre le contrôle de la Corée du Nord ? Est-ce que la campagne de propagande annonce un changement de pouvoir ou seulement l’arrivée de Jong-un dans le portrait politique ? Combien de temps Kim Jong-il, ou son double, restera-t-il au pouvoir ?

Ces derniers mois, la Corée du Nord à beaucoup fait parler d’elle, particulièrement lorsqu’elle a fait l’essai d’un missile à longue portée, essai officiellement identifié comme un  lancement d’un « satellite ». Et que dire des tests nucléaires, qui laissent supposer que la Corée du Nord a le potentiel de fabriquer une bombe atomique ? Beaucoup d’enjeux et de responsabilités pour le jeune Kim Jong-un. L’arrivée au pouvoir du jeune successeur présage-t-elle le renouveau du pays ou son déclin ? Dans un cas comme dans l’autre, les puissances étrangères devront réagir en conséquence.

Cette semaine, un fortune cookie pour le « Futur Leader » : « Celui qui sait commander trouve toujours ceux qui doivent obéir. » Friedrich Nietzsche.