Construction d’un port méthanier à Lévis: le projet Rabaska fait des vagues
30 octobre 2007
Le gouvernement du Québec donne finalement le feu vert, la population et les environnementalistes s’opposent.

Le développement durable est à l’ordre du jour cette semaine pour le gouvernement du Québec, alors que la commission parlementaire chargée d’étudier le Projet de Stratégie gouvernementale de développement durable 2007-2012 poursuit ses travaux, entamés le 17 octobre dernier. La ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Line Beauchamp, et le ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Claude Béchard, ont choisi ce moment pour annoncer que le Conseil des ministres a adopté le décret en faveur du projet de la société Rabaska de construire un terminal méthanier sur le territoire de la ville de Lévis.

«À la suite d’une analyse environnementale rigoureuse faite par les experts de mon ministère, des avis formulés par une quinzaine de ministères et d’organismes, dont aucun n’était défavorable et qui concluent tous, au contraire, que le projet est acceptable, des commentaires formulés par Environnement Canada et Ressources naturelles Canada et des recommandations favorables contenues dans le rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), le projet Rabaska est justifi é et l’implantation d’un terminal méthanier est acceptable sur le plan environnemental», a déclaré la ministre Line Beauchamp. «Les engagements pris par la société en commandite Rabaska, les nombreuses mesures d’atténuation prévues dans l’étude d’impact et les conditions imposées dans le décret nous assurent que ce projet se réalisera avec les meilleures garanties possibles, assurant ainsi la sécurité de la population et la protection de l’environnement», a-t-elle ajouté.

La décision du gouvernement Charest a toutefois été vertement critiquée par de nombreux groupes écologistes. Notamment, Nature Québec, un organisme national à but non lucratif qui oeuvre dans les domaines de l’environnement et du développement durable, a profi té de sa présence à la commission parlementaire sur le projet de développement durable pour souligner l’inadéquation entre la stratégie d’action proposée par le gouvernement et le projet de port méthanier. «L’encre est à peine sèche sur son projet de stratégie de développement durable que le gouvernement s’en éloigne rapidement en retirant à la Commission de protection du territoire agricole le mandat d’examiner le projet Rabaska», constate Michel Bélanger, président de Nature Québec. Ainsi, dans l’orientation de la stratégie actuellement à l’étude en commission parlementaire, on parle d’«aménager le territoire de façon durable et intégrée» et on cite comme «exemple d’actions en cours […] la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ) [qui] favorise la conservation des terres à des fi ns agricoles». Or, le décret en faveur du projet Rabaska autorise le dézonage des terres en dépit de la recommandation négative de la CPTAQ.

La substitution énergétique:mythe ou réalité?

Autre tache au portrait vert que le gouvernement du Québec dresse du projet Rabaska: une étude du spécialiste en énergie propre Patrick Déry qualifi e de «mythes» les arguments écologistes mis de l’avant par le gouvernement. En effet, afi n d’inscrire le projet dans une stratégie de développement durable, le gouvernement a prévu la mise en place d’un programme de subventions pour favoriser la substitution du mazout par le gaz naturel. Ainsi, le gaz naturel produit par le port méthanier de Lévis servirait à diminuer la consommation de mazout, un combustible fossile à hautes émissions en gaz à effet de serre, une stratégie applaudie par des groupes écologistes comme Greenpeace et Équiterre. Or, l’étude commandée par le Conseil régional de l’environnement de la région ainsi que le Groupe de recherches écologiques de La Baie (GREB) concluent que «les programmes de substitution dans des marchés libres et non réglementés par l’État ont provoqué partout des hausses de la consommation globale de mazout et de gaz et non pas le remplacement du mazout par le gaz. En somme, les deux combustibles stimulent par leur abondance le marché et la demande, qui absorbe tout ce qui est disponible, avec le résultat qu’on augmente tout simplement les émissions globales de GES».

Nature Québec a organisé une manifestation le 28 octobre devant l’Assemblée nationale à Québec pour protester contre le projet Rabaska. Radio-Canada a rapporté que plus de 1000 personnes étaient présentes et, parmi elles, se trouvaient de nombreux résidents de la ville de Lévis, affectée par ce projet.

 
Sur le même sujet: