Garder les yeux ouverts
15 novembre 2016 - Image par Monica Morales
Before the flood sonne l’alerte.

Le film Before the Flood (Avant le déluge, ndlr), sorti en 2016, suit à travers le monde l’acteur et activiste Leonardo DiCaprio. Le spectateur assiste aux différentes conversations qu’il entretient avec des scientifiques, des politiciens, et des habitants locaux qui subissent directement les effets du réchauffement climatique. Après la COP21, l’enjeu est de taille pour chaque pays, chacun ayant ses propres défis à surmonter. Les pays sont en effet inégaux dans les moyens à leur disposition pour effectuer la transition vers une économie et une politique mondiale plus respectueuse de l’environnement.

«Si la Chine peut le faire, alors le reste du monde aussi»

En Chine par exemple, les problèmes environnementaux sont devenus la plus importante cause de manifestations dans les rues. En effet, la vie quotidienne y est directement affectée par la pollution et celle-ci met la santé des habitants en péril. Rares sont ceux d’entre nous qui subissent les effets du changement climatique et de la pollution de manière concrète et handicapante au jour le jour, et heureusement. Toutefois, si on attend d’être affecté pour réagir, il sera trop tard. La Chine l’a d’ailleurs bien compris et fait maintenant parti des pays ayant les plus grosses compagnies d’énergie solaire et éolienne. L’exemple de la Chine est utilisé pour sensibiliser les Américains au fait que le changement ne peut se faire sans un revirement immédiat dans leur consommation, et qu’il est hypocrite de demander aux pays en développement de faire les efforts qu’ils ne font pas eux-mêmes. En effet, sans l’entière participation des États-Unis, le deuxième plus grand émetteur de gaz à effet de serre après la Chine, les projets écologiques actuels comme la COP21 sont voués à l’échec.

Une opportunité médiatique décevante

Tant de documentaires climatiques sont sortis sur les écrans qu’il serait naïf de croire que le manque d’information est ce qui fait obstacle au manque d’engagement politique. Comme l’explique le film, les résultats de sondages, les manifestations et nos propres voix sont les seuls moyens d’atteindre des résultats concrets. Un film associé à Leonardo DiCaprio pourrait avoir une grosse répercussion médiatique et encourager l’opinion publique à accepter la réalité et à agir pour faire que les choses changent.  Malheureusement, Before the Flood est un énième avertissement sur le réchauffement climatique. Ses intentions sont honorables, mais son contenu est décevant, car similaire à ce qui a déjà été fait. Le film perd son opportunité d’utiliser la voix de Leonardo DiCaprio pour inspirer, sortir du lot et enclencher un réel mouvement qui persisterait au delà de la salle. Contrairement au film Demain, on retrouve dans Before the flood des ressorts scénaristiques souvent utilisés dans les blockbusters américains: son style est paniquant, alertant, dramatique. Ces deux films se complètent pourtant: Before the flood sert d’électrochoc et met en lumière des réalités inquiétantes, tandis que l’autre redonne de l’espoir, inspire, engage une réflexion et un mouvement à chaque échelle.

Le changement climatique est un problème majeur de notre temps. Tout le monde le sait, mais personne ne veut garder les yeux ouverts. Comme le souligne très justement Leonardo DiCaprio, «essaie d’avoir une conversation sur le changement climatique, les gens déconnectent». 

 
Sur le même sujet:
27 septembre 2016