Hommages aux victimes à Montréal
17 novembre 2015 - Image par Inès Léopoldie-Dubois
Ils étaient des centaines, devant le consulat de France, Place des Arts et à l’intersection Y pour honorer la mémoire des morts à Paris.

Marc Blondeau, directeur de la Place des Arts: «Consternation d’apprendre qu’un tel carnage ait eu lieu dans une salle de spectacle. Nous avons pensé proposer un rendez vous simple, sobre, un rassemblement de solidarité pour la paix, contre la violence et la peur, un événement de recueillement (…) mais aussi, et peut être surtout, un événement de prise de parole par plusieurs personnes du milieu culturel.»

Louis Baudoin-Laarman

Margaux et Chloé, étudiantes mcgilloises françaises: «Parce qu’on est loin et que dans des moments comme ça, ça fait du bien de se réunir pour se serrer les coudes.»

Salomé Grouard

Adrien, étudiant parisien en visite à Montréal: «Je trouve ça bien qu’il y ait quelque chose comme ça qui se mette en place. Avec tout ce qui se passe, même depuis l’étranger, donner ne serait-ce qu’un peu de soutien c’est déjà ça. On fait ce qu’on peut de là où on est...»

Eléonore Nouel

Marily, étudiante à McGill originaire de l’Île-du-Prince-Édouard: «Je n’attendais pas autant de gens mais je pense que c’est très impressionnant, ça montre à quel point l’humanité est puissante, et que nous pouvons tous nous rassembler quand un événement aussi horrible arrive, et promouvoir tous ensemble la paix.»

Nouédyn Baspin

Emily, étudiante à McGill originaire de l’Île-du-Prince-Édouard: «Leur montrer que ça n’a pas marché, que nous n’avons pas peur et que, quoi qu’il arrive, ça ne nous empêche pas de sortir de chez nous.»

Inès Léopoldie-Dubois

Anne, originaire de Clermont-Ferrand: «Je trouve toujours ça très émouvant comme rassemblement. Et puis de se retrouver avec des gens de tous les horizons qui ne se connaissent pas, pour la même raison, c’est toujours un bon moment. J’espère juste que l’élan de solidarité ne va pas s’éteindre demain. Et puis on va essayer de faire en sorte de tous rester debout, ensemble, collectivement dans les prochaines semaines et mois parce que malheureusement ça risque de ne pas être la seule épreuve à laquelle on va être confronté…»

Louis Baudoin-Laarman

Michel Dumont, comédien et directeur du théâtre Jean-Duceppe: «Deux solutions: ou on se terre, on se cache, on plie, on arrête de vivre et on arrête de croire; ou bien on relève la tête, et on continue à avoir la foi en l’Homme, malgré toutes les folies dont il est capable.»

Eléonore Nouel