Quelques poils dans de l’eau de rose
24 février 2015 - Image par Universal
Se sacrifier pour la communauté et aller voir 50 Nuances de Grey.

Le Délit n’a pas fait exception. Comme Le Devoir, La Presse, Le Monde, il s’est rendu dans une salle sombre, assez vide, au fond de laquelle s’étaient agglutinés quelques couples, pour voir ce qui s’annonçait être la merde la plus médiatique de l’année.

Quiconque s’est approché d’un réseau social depuis juillet dernier a entendu parler de 50 Nuances de Grey. Adaptation par Sam Taylor-Johnson du bestseller de E.L. James, ce film tout à fait remarquable en matière de promotion, relate une histoire toute simple saupoudrée d’érotisme sadomasochiste. Anastasia, une jeune étudiante jouée par la mièvre mais bien foutue Dakota Johnson, tombe sous le charme de Christian Grey, un riche homme d’affaire interprété par Jamie Dornan, des abdos d’acier mais un peu trop boyscout pour paraître autoritaire. Leur histoire va très vite, Grey l’invite pour une date, baisers dans l’ascenseur, galipettes une semaine plus tard dans des draps de soie. La romance se corse quand Grey apprend à l’ingénue souriante qu’il «ne fait pas l’amour, mais qu’il fuck». Il va donc l’initier à la soumission sexuelle à coup de cravache, fessées et bondage. Mon dieu, la pucelle ne s’y attendait pas! Mais le spectateur, si.

Oh qu’elle est grosse (l’histoire)

Jamais nous ne plongerons dans leur histoire. Pas de réalisme, pas d’émotion, pas d’intensité entre les personnages. Aucune nuance. Aucune femme dans cette salle ne pleurera à la fin. C’est trop gros. Les quelques spectateurs autour de nous ont souvent rit: l’héroïne qui trébuche lors de sa première rencontre avec Grey, lui qui l’attrape entre ses larges épaules pour l’empêcher de se faire renverser par une voiture, l’hélicoptère, la vue de l’appartement qui pue les effets spéciaux…

Même les figures de styles sont sans subtilité. On sourit dès le début en voyant les plans larges sur Seattle: c’est le matin, et l’ensemble des buildings forment une palette de  «cinquante nuance de Gris». Et comme l’avait fait l’auteure dans sa trilogie, le réalisateur s’est obstiné à croire que quand une métaphore est mauvaise, il est bon de la filer. L’ensemble du film est donc constitué de clins d’œil bien lourds aux déclinaisons du gris: les cravates de Grey, ses costumes, les paysages… Affligeant de facilité.

«Nan mais le livre est mieux hein»

Pour pouvoir être encore plus sévère avec le film, il faut avoir lu le livre. Beaucoup – et moi-même – s’accorderont à dire qu’il était très mal écrit et que la trame était ridicule par bien des aspects. Cependant s’il a été le livre le plus vendu de 2012 et a créé à lui seul un véritable mouvement littéraire contemporain – le «Mommy Porn» – c’est parce que les scènes érotiques ont su faire leur effet. L’auteur y décrivait, pendant de longs paragraphes, la jouissance asphyxiante de la jeune Anastasia, des scènes crues entremêlant à chaque coup de bassin le réalisme sans paillettes des pratiques actuelles et la sensualité troublante du sadomasochisme. Un grand coup de fouet dans l’imaginaire de la ménagère de quarante ans. Celle-ci se retrouvait propulsée dans l’esprit d’une jeune fille en fleur savourant son succès après sa première fellation, tentant de taire ses orgasmes avant même la chevauchée finale, découvrant le pouvoir mystique d’une langue sur un sein ou d’une main lancée sur une fesse. Les dialogues insipides et l’intrigue de roman de gare se révélait être un moyen de retenir notre haleine.

Rien de cela dans le film. La tension est inexistante, le réalisme bien loin (voir la section comique de ridicule quant à la perte de virginité de Mademoiselle), on ne voit rien à part quelques poils qui dépassent, et Sam Taylor-Johnson n’a pas su jouer sur le temps: tout va trop vite, la romance monte à grande vitesse sans nous embarquer et les scènes érotiques se terminent avant même que le rouge ne nous monte aux joues. Le spectateur n’a même pas la noble liberté du lecteur consistant à s’imaginer les personnages, les décors et l’intensité de leurs regards. Tout lui est imposé; et c’est d’un cliché tel que l’excitation sexuelle est tuée dans l’œuf.

Le Délit, fier de son devoir messianique, conseille à ses chers lecteurs d’opter pour le boycott. Ne payez pas un billet hors de prix au cinéma Scotia pour faire partie du phénomène et pouvoir donner, vous aussi, votre avis sur comment Dakota Johnson se mord les lèvres. Si vous voulez paraitre trendy, dites juste que l’acteur est diablement sexy. Si vous voulez passer une bonne Saint Valentin, sachez que la fin du film est triste. Si vous voulez vous retrouver dans une salle avec des gens, il y a toujours McLennan. Si vous voulez braver les interdits, rebranchez votre magnétoscope et regardez le classique Emmanuelle.