Manif d’automne
18 septembre 2012 - Image par Lindsay P. Cameron
Malgré les promesses du nouveau gouvernement, le mouvement étudiant suit son cours.

«C’est pas des élections qui vont faire oublier la vraie solution, la gratuité!». C’est en reprenant de bons vieux slogans et en en incorporant de nouveaux toujours plus revendicateurs qu’une centaine de manifestants ont pris la rue dimanche le 16 septembre. Annoncée comme une manifestation familiale sur l’événement diffusé sur Facebook, la petite foule était plutôt composée d’étudiants et d’adultes, dont certains étaient regroupés derrière la bannière des «Profs contre la hausse», ou encore celle des «Mères en colère». Une autre manifestation partant du parc Laurier s’est jointe à celle démarrant du parc Émilie-Gamelin et elles ont ainsi lié leurs buts: continuer la lutte bien que les élections soient passées et célébrer les gains des mois de revendications.

C’est donc vers 14h15 que la marche a démarré près du métro Berri-UQAM pour être déclarée illégale quelques 30 minutes plus tard à l’angle des rues Union et Sainte-Catherine Est. Dans une ambiance confuse, certains manifestants ont quitté les lieux sous le regard des dizaines de policiers présents. Une vingtaine d’autres sont restés sur place et ont réalisé un sit-in, bloquant ainsi la circulation à l’intersection. À ce moment, on comptait plus d’une voiture de police par manifestant présent. À 15h15, l’évènement s’est terminé abruptement alors que la police est intervenue, procédant à quelques arrestations.

Une lutte à poursuivre

Selon Isabelle Baez, professeure à l’UQAM et militante dans l’association des «Profs contre la hausse», l’annulation de l’augmentation des frais de scolarité promise par Mme Marois demeure floue. Certaines universités ont déjà élevé la facture étudiante et rien n’a été dit sur la question de la possibilité de la hausse du coût des études basée sur l’inflation. Selon Mme Baez, le mouvement étudiant n’est pas terminé, mais «encore loin du but».
Le samedi 22 septembre, la venue de l’automne coïncidera avec les classiques 22 de chaque mois, ceux des manifestations nationales. Avec comme thème «En marche vers la gratuité scolaire», ce rendez-vous mensuel permettra de prendre le pouls post-électoral du mouvement des carrés rouges.