Apprentie Guerrière
28 février 2012
Le Délit s’est entretenu avec Fanny Bloom qui sort son prochain opus le 6 mars.

Pour  ceux et celles qui n’ont jamais entendu ce nom auparavant,  Fanny   Bloom est la douce voix  du  trio  de  la Patère  Rose. Dès  la sortie  de leur premier  album,  les   Québécois et les Français ont  été séduits. Quelle    musique  rafraîchissante et spontanée! Le groupe a fait de plus en plus parler de lui, mais malheureusement, les coéquipiers de mademoiselle Bloom ont   dû   quitter  le  groupe  faute de temps. Roboto et Kilojoules étant aussi membres du groupe Misteur Valaire, ils ont eu la lourde  tâche de  choisir. Le  trio  s’est donc  séparé  au grand  désarroi de ses fans.

Gracieuseté de la maison de disques Grosse boîte
Fanny Bloom  a tout de même  su  en  tirer  bon parti.  Elle s’est remise à écrire de manière intensive  en  janvier.   Cette   fois- ci,  elle  a  collaboré avec  Étienne Dupuis-Cloutier et  l’harmonie a été  parfaite. «Je lui  donnais des thèmes, des  morceaux  de  phrases, une  touche d’inspiration et il m’aidait  à  composer la  chanson dont j’avais envie. Notre manière de travailler  était  réellement efficace. On  a donc  composé un  peu plus d’une  dizaine  de chansons et on y a fait le tri. Chacune d’entre elles a été choisie et retravaillée maintes fois. Je considère que  cet album est mon  premier et que  la Patère   Rose  était  complètement une   autre   histoire. Mon   nouvel album me représente à merveille. Il est tout  à fait moi!»

Au grand  plaisir de ses admirateurs, elle lance le mardi  6 mars son tout  premier album solo, Apprentie   Guerrière.  Selon  elle, «ce  sera  un  événement énorme. La mise  en  scène  est à couper le souffle et nous avons travaillé très fort!  Évidemment, je présenterai toutes mes nouvelles chansons, mais  je vous  prépare des  surpri- ses plus stupéfiantes les unes  que les  autres. Je suis  très  heureuse du  résultat et j’ai hâte  de  voir  le public. Restez  jusqu’à  la fin, j’irai faire mon  tour  dans  la salle!»

C’est  un  album que  l’on apprécie  lorsqu’on le réécoute, car les  paroles apparaissent  à  notre esprit plus clairement et l’on peut ainsi  apprécier toute leur  délicatesse.    Fanny    Bloom    explique: «Mon   inspiration pour  ce  premier  album solo  me provient des ruptures, qu’elles  soient amoureuses  ou  professionnelles. Je me sentais   à  ce  moment-là  comme dans   un   tourbillon  d’émotions et je m’en  suis  servi pour le faire ressortir dans  mes textes.»

Effectivement,   son  disque est  tout  simplement   fameux! Sa voix nous envoûte et nous emporte dans  son  monde d’une manière à la fois  poétique et  un peu  frivole.  Cette  musique don- ne  envie  de danser et de pleurer, tout    en   étant    parfumée  d’une odeur  de  tendresse  et  de  douleur.   Mademoiselle   Bloom   décrit  son  album en  un  seul  mot: «clair-obscur».  Elle soutient que  celui-ci   est  «beaucoup plus sombre, plus  noir,  plus  lourd. Toutefois, on  y retrouve une  petite  touche happy  et  optimiste.» Chaque  chanson  est   différente et nous apporte un  étrange et puissant sentiment de  bien-être. Par exemple,  Annie, dans  laquelle Fanny   chante  en   collaboration avec Pierre  Lapointe, est légère et mélancolique. Quant à Respirer la fumée, nous ne pouvons l’écouter sans  voir des images  d’une  grande  beauté  nous  trotter  dans   la tête. Fanny Bloom affirme adorer tous  ses morceaux. «Je dirais toutefois  que  celle qui  me  touche le plus  est Mon hiver. C’est le noyau de  l’album, elle  est  au  centre et un  peu  différente des autres. Elle est  épurée et émouvante. Quand on  l’écoute, on  ressent une  bulle qui   se  construit  et  on   s’y  sent bien.»   Tout  à  fait  différent  de celui qu’elle avait jadis composé avec  la  Patère   Rose,   cet  album est   nettement  plus   mature.  Sa voix est plus posée et maîtrisée. Décidément, le  nouveau  disque de Fanny Bloom est un incontournable à  ajouter à  sa  collection  musicale.