Victoire des conservateurs sur le campus
26 janvier 2010
L’organisme Equal Voice organisait le 18 janvier dernier sur le campus de McGill un débat entre les différents partis fédéraux représentés par des étudiants. Le Délit a assisté à la joute.

Equal Voice (À voix égales) –un organisme qui a pour mission de promouvoir l’élection de plus de femmes à tous les paliers du gouvernement– animait lundi dernier à McGill un débat des chefs intitulé Voice Your Vote Debate. Un représentant de chaque club mcgillois de partis politiques fédéraux (PLC, NDP, Conservateurs et Verts) était présent pour défendre sa position sur des enjeux d’actualité devant un public qui était ensuite invité à voter. Et ce sont les conservateurs qui sont repartis avec une autre victoire en poche…

L’évènement lui même était «à voix égales» avec deux candidates pour deux candidats. Cette représentation égale était cependant purement due au hasard, selon la présidente de Equal Voice McGill, Elizabeth Miazga. Le débat s’est ouvert sur la question des initiatives et politiques à envisager pour encourager l’ascension des femmes en politique. Au fédéral, trois chefs (Ignatieff, Layton et Duceppe) se sont engagés à relever le défi lancé par Equal Voice en augmentant leurs effectifs de candidats féminins. À McGill, tous les partis, sauf le Parti conservateur, étaient en faveur d’une réforme sociale pour atteindre cet objectif: ils ont proposé la création de commissions, ainsi que le placement des femmes dans les circonscriptions qui les soutiennent et l’attribution d’un plus grand financement aux femmes, de façon à ce que ces dernières n’aient pas à choisir entre leur famille et leur parti. Tous, par contre, en particulier le représentant conservateur Joel Enstwistle, étaient contre l’imposition de quotas pour favoriser l’inclusion des femmes dans les partis politiques. Selon Enstwistle, une telle procédure risquerait de discriminer le talent au profit de l’égalité des voix.

La clause «Buy American», du plan de relance économique mis en place par le gouvernement américain en février 2009, a suscité la controverse durant le débat. La représentante des Verts de McGill, Cara Wilson, a proposé de réagir face à cette clause en se retirant de l’ALENA. De son côté, bien que considérant cette clause comme «la décision la plus stupide de toute l’administration Obama», le représentant Libéral Zach Paikin a fortement rejeté une annulation unilatérale de l’accord, qui selon lui serait catastrophique pour le Canada: cela mettrait en jeu «l’excellente relation» qui existe entre le Canada et les États-Unis, «[avec lequel nous partageons] tant de grandes valeurs».

Le représentant conservateur a impressionné la foule avec son imitation parfaite de notre premier ministre. Bien que non affilié au Parti conservateur de McGill (mais membre du club de débat), son habileté à cabotiner pour répondre aux attaques des autres candidats en a choqué plus d’un. Sa position sur les femmes en politique et sur l’économie était conforme au manuel du bon conservateur. Au sujet du changement climatique, il soutenait un système d’échange d’émissions «progressivement restrictif», mais rejetait l’idée d’une taxe sur le carbone parce que dissuasive pour l’investissement étranger au Canada. Une seule question a semblé le déstabiliser: comment les Conservateurs comptent-ils remplir leur promesse de réduction globale et absolue des émissions de GES alors qu’ils opèrent un système d’échange à cible d’intensité (qui ne ferait que freiner de 10% les émissions sans les réduire)? M. Enstwistle a été obligé d’admettre qu’il serait illogique de poursuivre une telle politique, allant ainsi à l’encontre de la politique actuelle des Conservateurs.

L’animatrice a su gérer les questions et commentaires d’un public bien informé, tout aussi intéressé à débattre des polémiques de l’heure que les représentants partisans. Le résultat du vote, s’il ne reflétait pas les convictions partisanes du public, semblait du moins fidèle au charisme et au talent rhétorique des orateurs: le Parti conservateur a remporté la victoire, avec une voix de plus que le représentant Libéral. Les représentantes du NPD et des Verts les suivaient, à voix égales. Un chuchotement dans la foule a cependant laissé entendre aux oreilles attentives que la présence du Bloc aurait été appréciée….

 
Sur le même sujet: