Jack Layton nous parle de politique municipale
29 septembre 2009
Le 22 septembre dernier, le Chef du Nouveau Parti Démocratique a présenté sa conférence intitulée «Les enjeux des grandes villes canadiennes» à l’Université de Montréal.

Du 22 septembre au 3 novembre 2009, l’Université de Montréal (UdeM) accueillera plusieurs conférenciers qui viendront discuter des enjeux de la politique municipale dans le cadre de la série «Pourquoi s’intéresser aux affaires municipales?» organisée par Mme Laurence Bherer, professeure au département de science politique de l’établissement. La première présentation, «Les enjeux des grandes villes canadiennes», était donnée par Jack Layton, Chef du Nouveau Parti Démocratique (NPD). Étaient présents M. Thomas Mulcair, député du NPD élu dans la circonscription d’Outremont, des membres du NPD, des étudiants de science politique de l’UdeM, et quelques curieux.

«Ne manquez pas l’occasion de vous impliquer dans les affaires municipales. C’est une occasion en or», a déclaré d’emblée M. Layton, qui s’est adressé à la salle en français avec son entrain habituel. Le politicien a ajouté que c’est en période d’élections, alors que plusieurs causes et enjeux sont sur la table, qu’il est le plus facile de s’impliquer dans la politique locale. Selon le chef de parti, il est primordial de s’intéresser à ce qui se passe au niveau des municipalités, puisque le municipal «touche votre qualité de vie». De plus, d’après M. Layton, «les vrais changements peuvent être réalisés au niveau local».

Bien qu’il œuvre actuellement en politique fédérale, M. Layton a beaucoup d’expérience au niveau municipal: à 16 ans, il s’est impliqué pour la création d’un centre pour la jeunesse à Hudson et a appris qu’il fallait «se mobiliser pour mieux créer du changement»; puis, pendant qu’il était étudiant à l’Université McGill, il a lutté pour la préservation des logements sociaux; ensuite, l’homme politique s’est impliqué dans le Rassemblement des citoyens de Montréal (RCM), avant de devenir conseiller municipal à Toronto.

«On a appris rapidement que sans un gouvernement qui comprenait que les solutions se trouvaient au niveau municipal, on ne pouvait rien faire. Les municipalités on décidé de se rassembler dans la Fédération des Municipalités Canadiennes (FMC) pour convaincre le fédéral qu’on doit faire des investissements pour le transport en commun, les logements sociaux, […] et l’environnement», a raconté M. Layton. Au sein du NPD, le Chef de parti dit continuer de faire pression sur le gouvernement pour qu’il investisse dans les communautés.

Présentement, selon la Constitution, les villes relèvent des provinces. Un fait problématique, selon M. Layton: «Quand la Constitution a été écrite, 15% des gens vivaient dans les villes; maintenant, 80% des gens vivent dans les villes. La Constitution ne reflète pas cette réalité.» Si le politicien juge que les provinces remplissent un rôle administratif «essentiel», il précise: «le problème est que le fédéral a la plupart de l’argent, et a la capacité d’emprunter et de s’endetter, mieux que les provinces et les villes». Il faut donc, selon M. Layton, établir une relation plus rapprochée entre les villes et le fédéral, pour que les transferts de fonds se fassent de manière plus efficace vers les communautés. Cette initiative, évidemment, doit venir des citoyens et des organisations municipales. «Peut-être pensez vous que c’est difficile de vous impliquer, qu’on ne vous connaît pas assez. C’est important d’avoir la confiance que vous pouvez changer les choses, que vous pouvez aider les gens», a affirmé le politicien.

«Le message-clé [de ma conférence], c’est que c’est important de vous engager», a-t-il conclu.