Les arbres bleus d’Aviva Rahmani – Le Délit
Les arbres bleus d’Aviva Rahmani
Par · 23 octobre 2018
Image par Aviva Rahmani

Après quelques années passées à se dédier à la performance théâtrale, Aviva Rahmani, artiste basée aux États-Unis, s’est spécialisée dans l’art écologique. Si sa pratique est interdisciplinaire, Rahmani s’intéresse principalement à des installations dans les paysages, en mêlant peinture et musique. Elle dédie ses œuvres à la beauté de la nature et les colore d’activisme, dans une volonté de réappropriation de l’environnement en tant que bien universel à protéger. Pour la réalisation de ses projets, l’artiste fait appel à des scientifiques et expert·e·s sur la question du changement climatique.

Son projet collaboratif  The Blued Trees Symphony, débuté en juin 2015, est composé d’arbres marqués par une trace de peinture bleue. Ces arbres sont choisis car placés sur des terrains qui s’apprêtent à subir une fracturation hydraulique (fracking) pour l’expansion de pipelines. Avec son acharnement dans l’expansion de ses pipelines nommées « Algonquin » — d’ailleurs grossière utilisation du nom du peuple autochtone —, l’entreprise Spectra est la principale cible du mouvement. Avec une peinture bleue non toxique, les arbres sont marqués du symbole sinus. Le signe mathématique répliqué et modifié représente différentes notes de musique, créant une symphonie qui se complète au fil du marquage des arbres. Selon le Visual Artists Rights Act, loi garantissant l’intégrité des créations artistiques, cette empreinte sur le paysage protège les arbres, posant un droit d’auteur sur les créations et ralentissant ainsi les projets de fracking. Cet acte de résistance destiné à protéger les écosystèmes a eu une résonnance internationale, et l’œuvre s’étend au-delà des frontières états-uniennes.

Défier les géants de l’industrie du gaz et du pétrole, comme Spectra, n’est pas sans risque. Bien que Rahmani soit la figure de proue du projet, l’œuvre générale appartient à un groupe d’activistes, soutenu·e·s par un avocat et une communauté levant des fonds pour pouvoir se défendre en cas de procès. Cette initiative pour l’environnement, par une communauté, est un exemple en matière d’art écologique. En sublimant ces arbres, Aviva Rahmani nous rappelle poétiquement à l’ordre.

 
Sur le même sujet: