Filles d’aujourd’hui, entrepreneuses de demain
7 avril 2017 - Image par Prune Engérant
Les femmes sont encore sous-représentées dans les milieux de la finance.

Depuis le soir du 8 mars 2017, la statue d’une jeune fille défiant sans peur le célèbre taureau de Wall Street a été érigée à Wall Street en l’honneur de la journée internationale des femmes. C’est l’un des plus grands gestionnaires de fond de Wall Street, State Street Global Advisors, derrière ce geste d’une forte symbolique. Cette compagnie, gérante de plus de 2,5 billions de dollars, veut attirer l’attention sur le manque de diversité homme-femme dans les conseils d’administration ainsi que sur les écarts de salaire entre les sexes dans les secteurs financiers. Les faits parlent d’eux-mêmes: gravir les échelons dans le commerce est plus dur pour une femme que pour un homme. Si l’on regarde la liste de «Fortune 500 CEOs», seulement 55 femmes sont PDG des 1000 entreprises profitables aux États-Unis. Même la compagnie ayant posé la statue de la petite fille n’a, ironiquement, que trois femmes sur onze postes de son conseil d’administration. Pourtant, les femmes seront le futur de la finance et cette statue en est la parfaite allégorie.

Les inégalités de genre au Canada

Cette réalité est similaire au pays censé représenter le «progrès social». Les femmes canadiennes gagnent toujours 73 sous pour chaque dollar qu’un homme gagne. Ceci veut dire qu’une femme gagne 18,6% de moins qu’un homme, bien qu’elles soient plus éduquées et diplômées que les hommes dans notre pays. Si l’on regarde les postes de cadres-dirigeants, elles n’en occupent que 35,5%. Enfin, elles n’ont que 22,8% des places dans les conseils exécutifs. Rien d’étonnant jusqu’à présent: nos entreprises sont dirigées par les hommes, et nous le savons: les inégalités de salaire, ou les phénomènes tels que le plafond de verre ne sont pas nouveaux. Pourtant, des études continuent de démontrer qu’avoir de la diversité au sein d’une équipe augmente le rendement sur l’innovation et la réussite dans les affaires. Or, les organisations sous-exploitent et sous-évaluent les meilleurs potentiels et talents féminins au plus haut de la hiérarchie managériale. Enfin, un dernier exemple est représentatif du système financier canadien: seulement une des 60 PDG des compagnies recensées à la Bourse de Toronto (TSX) en 2014 était une femme!

Ces chiffres interpellent car ils prouvent la réalité d’une situation sexiste: il serait maintenant judicieux de démontrer et quantifier le véritable impact positif de la présence des femmes dans les conseils exécutifs. D’après une étude de Catalyst réalisée en 2004, reprise par le journal Harvard Business Review, recruter des femmes apporterait de la diversité non pas parce que ce sont des femmes et qu’elles pensent différemmnent, mais discriminer systématiquement les femmes diminue statistiquement les chances de trouver la personne la plus compétente car cela réduit le porté de l’offre de travail.

La diversité: la clef du succès

Premièrement, dans un monde où la mondialisation s’accélère à chaque instant, le multiculturalisme est une opportunité. En effet, nous avons la chance qu’au Canada, la variété des talents, des cultures, des connaissances et des points de vue soit considérée comme une force et un avantage. La diversité est aussi importante dans notre société que dans les équipes de gestions. Le président du Groupe SSGA qui a commandé la statue, M. O’Hanley, affirme que le contributeur clé pour un conseil exécutif indépendent et efficace est «la diversité de pensée» puisqu’elle «exige des directeurs avec des compétences, des formations et des expertises différentes». Une autre étude conduite en Norvège montre que la refonte forcée des conseils d’administration pour plus de parité a changé l’ordre traditionnel du système de gouvernance des entreprises. Cela a donc bouleversé les hiérarchies de pouvoir et de privilèges au sein des institutions, il y a eu une redistribution des cartes. Ainsi, avoir plus de femmes dans les conseils d’administrations crée une nouvelle dynamique dans les directions et les manières de diriger. En effet, si vous voulez obtenir une diversité de pensée, vous devez recruter les meilleurs talents. Vous ne pouvez donc pas fermer la porte à 50% de la population, puisque vous ne pouvez pas réussir lorsque vous ignorez la moitié de la planète.

Plus de profits et d’efficacité

Nombre d’études économiques prouvent que les femmes dans des positions de cadres-dirigeants donnent de meilleurs résultats financiers, toujours d’après l’étude de Catalyst Lorsque l’on examine la rentabilité des firmes, il s’avère que passer de 0% de femmes dans les conseils d’administration à 30% donne une augmentation de 15% en profitabilité. Ceci n’est pas négligeable, l’étude stipule que les entreprises avec le plus de femmes dans leurs comités exécutifs ont les meilleures rentabilités de capitaux propres.

Pour ce qui est des risques, les femmes ont tendance à prendre des décisions sur le long terme, alors que les hommes se concentrent sur le court terme. Les investisseurs font donc plus confiance aux compagnies qui promeuvent les femmes dans leurs conseils d’administration. Pour ce qui est de la gestion du risque, d’après l’étude norvégienne évoquée plus haut, les femmes sont plus efficaces pour gérer les crises que les hommes.

Une meilleure gouvernance morale

Ajouter des femmes dans les conseils agit positivement sur la réputation d’une compagnie, car elles poussent les autres entreprises à agir de même. Toujours selon l’étude norvégienne, faire entrer des femmes dans les conseils amènent des changements positifs dans le milieu et le domaine des conseils. De plus, d’après le Harvard Business Review, plus de femmes dans une équipe augmente l’intelligence collective du groupe et la diversité engendre une meilleure gestion des responsabilités sociétales d’une entreprise. Il semblerait en effet que les femmes soient plus éthiques, et responsables.

Au final, il est important de donner l’opportunité aux femmes de réussir pour montrer que les trajectoires des femmes ne s’arrêtent pas à cause du fameux plafond de verre. Nous avons donc besoin d’exemples, et de modèles pour que les petites filles puissantes rêvent de réussir dans le commerce ou la finance! Nous avons besoin de femmes qui montrent la voie, mais pour cela, il faut leur en donner l’opportunité et l’occasion.

L’avenir de la finance est donc déterminé par la place donnée aux femmes dans le monde de l’entreprise. Cette statue d’une petite fille défiant courageusement le taureau le montre avec insolence et brio: elle affronte ici le symbole d’un monde où les femmes sont encore les premières discriminées. 

 
Sur le même sujet: