Nouvelles de Montréal
4 février 2014
Brève

L’administration Coderre a présenté le mercredi 29 janvier son premier budget pour l’année 2014. En conférence de presse, Denis Coderre a insisté sur les mots «responsable» et «pragmatique», autour desquels s’articule le document.

Le budget global pour la ville de Montréal s’élève donc à près de 4,9 milliards de dollars; c’est une légère hausse (de 1,3%) par rapport à l’année 2013.

La mesure qui attire le plus l’attention, c’est la hausse réelle moyenne des taxes foncières de 2,8%  réparties entre la ville (1,9%) et les arrondissements (0,9%). Ce choix de l’administration Coderre a été vivement critiqué par l’opposition, et son budget a été qualifié de peu novateur. Une augmentation de 1,8% des taxes non résidentielles est également prévue.

Le budget prévoit aussi des coupes dans la fonction publique, avec une réduction de masses salariales et un gel des embauches.

Les secteurs qui reçoivent les plus grosses parts sont ceux de la sécurité publique (police et incendies), puis de la gestion de l’eau et du réseau routier. Une partie du budget (280 millions) sera également dédiée au développement de projets pour l’année 2017 (qui marquera le 375e anniversaire de la ville de Montréal).

«Transparence» et «intégrité» sont des mots qui reviennent à plusieurs reprises dans le document. C’est pour cela que le budget met l’accent sur le nouveau poste d’Inspecteur général, avec la création pour ce poste d’une unité dotée d’un budget initial de 5 millions.

Transports

La Société des Transports de Montréal (STM) a également déposé mercredi son budget 2014. Un budget «d’austérité», selon les mots employés par la société. La STM a annoncé des compressions budgétaires de 65 millions de dollars, et annonce une réduction de 3,1% du service d’autobus hors heures de pointe. Pour le métro, le budget est cependant maintenu. Dans son communiqué de presse, la STM déclare faire face à un «contexte budgétaire difficile» et avoir des problèmes de financement dans l’attente de la conclusion des ententes financières avec ses partenaires, elle anticipe un manque à gagner de 20 millions de dollars».

 
Sur le même sujet: