Rentrée parlementaire mouvementée
6 novembre 2012 - Image par Lily Schwarzbaum

Le mardi 30 octobre 2012, la lecture du discours de la Première Ministre par le Lieutenant-gouverneur du Québec, Pierre Duchesne, amorçait officiellement la 40e législature. On y félicitait la présence maintenant accrue des femme au sein du parlement (elles représentent près du tiers des élus) de même que l’élection du plus jeune député de l’histoire du Québec, Léo Bureau-Blouin. Le Lieutenant-gouverneur s’est aussi permis d’ajouter un conseil personnel: «L’élection d’un gouvernement minoritaire a pour principale conséquence de placer la députation sous le signe du dialogue et de l’ouverture».

Par la suite, les députés ont procédé à l’élection du Président de l’assemblée et c’est M. Jacques Chagnon, député libéral pour le comté de Westmount–Saint-Louis, qui a été élu pour un second mandat.

Mercredi le 31 octobre, Pauline Marois a également fait son discours d’ouverture et aussitôt celui-ci terminé, les deux partis de l’opposition, le Parti Libéral du Québec (PLQ) et la Coalition Avenir Québec (CAQ) avaient manifesté leur intention de voter contre la motion entérinant le discours lors du vote prévu dans environ 10 jours.

Le lendemain, François Legault, chef de la CAQ, s’est cependant rétracté, indiquant lors d’un point de presse qu’il n’avait pas l’intention de défaire le gouvernement sur la seule base d’un exposé. Il a cependant prévenu que tous les députés de la formation politique seront présents afin de voter contre le budget qui sera déposé par le Parti Québécois (PQ).

Le 1er novembre, les députés de toutes les formations politiques se sont rassemblés afin de commémorer les 25 ans de la mort de René Lévesque, ancien Premier Ministre du Québec et fondateur du PQ en 1976. Pauline Marois y a prononcé un discours dans lequel elle se disait fière d’avoir comme mandat de poursuivre l’œuvre de ce grand homme québécois.

Finalement, Québec Solidaire (QS) a connu certains changements structurels en cette fin de première semaine parlementaire. Le parti est structuré afin d’avoir deux porte-paroles nationaux, soit un issu de l’aile parlementaire et un second ne possédant pas le titre de député. Mais les deux précédents porte-paroles de QS ont été élus députés. Amir Khadir a donc décidé de laisser sa place à Françoise David et de prendre le simple titre de député. Lors de son conseil National, prévu du 30 novembre au 2 décembre, QS choisira un nouveau porte-parole extra-parlementaire.

 
Sur le même sujet: