Une voie radiophonique vers le divin
29 novembre 2010
La foi sur 91,3 FM, la radio de Jésus?

Radio Ville-Marie. Pour un sens à la vie!» Voilà tout un slogan qui semble annoncer un bien lourd programme. Le 91.3 FM serait-il donc destiné à nous convertir au christianisme? Par envoûtement musical? Par messages subliminaux? En fait, nul besoin de croire que Jésus a marché sur l’eau pour pouvoir profiter de la programmation de la station. Au contraire, depuis sa création, Radio Ville-Marie (RVM) tend à diversifier ses émissions.
Lorsque, en 1995, Radio-Canada décide d’éliminer toute trace de religion de sa programmation, trois animateurs de la société publique s’unissent et fondent Radio Ville-Marie. Consciente que la société québécoise n’était plus aussi intéressée qu’autrefois par la question religieuse –Révolution tranquille oblige–, RVM a dû faire preuve d’une grande ouverture d’esprit et accepter de travestir sa première idée, soit de créer une station religieuse, en une mission plus vaste qui engloberait toutes les valeurs de la chrétienté. Ne lit-on pas: «Tu aimeras ton prochain comme toi-même»?
Bien que le chapelet médité soit encore diffusé chaque soir de la semaine à 18h30, RVM propose de nombreuses émissions culturelles, telles que Carnet littéraire animée par Gilda Routy, Arts et lettres, L’âme des poètes, Vivante poésie, et les quotidiennes Passeport Matin et Temps libre, ou même des émissions d’actualité comme Culture et société, Au cœur de l’être, ou Questions d’aujourd’hui. Avis aux laïques, Carnet littéraire et ses acolytes ne traitent ni de la Bible ni de ses produits dérivés. Au contraire, Gilda Routy reçoit des auteurs, des commissaires d’expositions, des acteurs, des comédiens. Elle commente des publications récentes, parle de l’actualité littéraire et des événements qui y sont liés. Le tout sans faire une seule allusion à Satan, Yavhé ou le fait que certains invités puissent ne pas être baptisés!
Alors, pourquoi RVM est-elle définie comme une radio chrétienne? «D’abord, explique Jocelyne Sagala, coordonnatrice du service aux donateurs et responsable des activités bénéfiques de la station, RVM n’est pas exclusivement chrétienne, mais œcuménique, c’est-à-dire, qu’elle regroupe tous les cultes religieux sans distinction aucune. Elle propose une programmation qui reflète certaines valeurs chrétiennes, telles l’honnêteté ou le respect.» Son statut d’organisme communautaire à but non lucratif permet à la station d’offrir des émissions qui traitent de nombreux sujets, souvent hétéroclites. Les animateurs et chroniqueurs ne sont liés à aucun groupe ou mouvement, ils sont donc libres d’expression puisque rien ne guide leurs paroles (aucun engagement politique, social, religieux ou commercial). Jocelyne Sagala ajoute que «tous les animateurs sont bénévoles. Très peu d’employés sont rémunérés. Sans leur généreuse et constante aide, la radio n’existerait tout simplement pas! Nos animateurs sont passionnés, ce qui donne cette qualité à notre programmation».
Contre toute attente, la programmation de RVM regorge d’émissions variées, intelligentes et divertissantes. Le fait qu’elles cherchent à promouvoir les valeurs d’intégrité, d’honnêteté, de respect et d’entraide, que l’on retrouve dans la foi chrétienne, n’entrave en rien la qualité des émissions de la station. Madame Sagala rappelle que Radio Ville-Marie est la radio des sans-voix, qu’elle permet aux marginaux de dialoguer, de partager et de se reconnaître dans un autre modèle que celui que propose la société. Soyez à l’écoute!

 
Sur le même sujet:
1 novembre 2016
13 janvier 2015