Une «Magna Carta» québécoise
23 mars 2010
Le Québec fait une première nord-américaine en lançant la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée, inspirée de pétitions déposées à l’Assemblée Nationale par deux jeunes filles touchées par des troubles alimentaires.

La semaine de la mode à Montréal n’a pas échappé à sa tradition de promouvoir le bien-être dans sa peau. Dans sa foulée, le 15 mars dernier, était mise en ligne la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée. Le site internet de la Charte permet désormais à la population entière d’en prendre connaissance et de la signer afin que les valeurs qu’elle transmet puissent imprégner l’imaginaire collectif, et éventuellement changer les comportements.

La Charte encourage les citoyens à «promouvoir une diversité d’images corporelles comprenant des tailles, des proportions et des âges variés; encourager de saines habitudes autour de l’alimentation et de la régulation du poids corporel; dissuader les comportements excessifs de contrôle du poids ou de modification exagérée de l’apparence; refuser de souscrire à des idéaux esthétiques basés sur la minceur extrême», et autres recommandations qui visent à minimiser les risques de troubles alimentaires au sein de la société québécoise.

Lancée le 16 octobre 2009, cette Charte est née de la détermination de deux jeunes filles ayant souffert de troubles alimentaires à l’adolescence, Jacinthe Veillette et Léa Clermont-Dion. «Nous voulions démystifier aux yeux du public les maladies liées aux troubles alimentaires et faire pression sur le gouvernement pour l’inviter à agir,» confie Jacinthe Veillette. Ces jeunes femmes ont donc déposé deux pétitions totalisant plus de 3000 signatures à l’Assemblée Nationale.

«Il est important de s’attaquer à ces stéréotypes chez les jeunes filles et les femmes parce qu’elles sont les plus représentées dans les magazines; elles sont les plus bombardées d’images de femmes parfaites dans les médias, et surtout les plus touchées par les troubles alimentaires,» ajoutait Jacinthe Veillette en mentionnant qu’il ne fallait pas pour autant ex sans exclure les garçons et les hommes de la campagne. Cependant, la jeune femme ne veut pas voir la charte devenir une loi contraignante: elle souhaite que son adhésion soit volontaire, un peu comme la campagne publicitaire sur la beauté naturelle de la compagnie Dove.

Ainsi, Jacinthe Veillette et Léa Clermont-Dion furent les initiatrices par leur pétitions, mais le projet n’aurait pas pu continuer à évoluer sans sa prise en mains par Christine St-Pierre, ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine. En entrevue avec Le Délit, Mme St-Pierre confie qu’«avec tout le cynisme envers les politiciens qui règne depuis quelques années, lorsqu’elles sont venus déposer leurs pétitions, je me suis fait un devoir de répondre à Jacinthe et à Léa».

Lors de l’élaboration de la Charte, le groupe de travail qu’elle a mis sur pieds s’est inspiré de ce qui s’est fait en Europe, et plus particulièrement du projet sur l’image corporelle de la ministre française de la santé. Elle explique qu’au sein du groupe de travail, «les représentants du monde de la mode québécoise l’ont agréablement surpris par leur ouverture sur la problématique, et ils ont grandement participé à cette charte.»

Maintenant que le site internet est lancé, la prochaine étape, et l’objectif de Mme St-Pierre, est le dialogue entre les palliers provincial et fédéral. Quant à elle, des mesures contraignantes et légales ne sont pas exclues, «mais seulement en dernier ressort; si les comportements ne changent pas au Québec.» La ministre a définitivement pris le leadership dans ce dossier et elle portera l’étendard d’une image corporelle saine et diversifiée au Québec, à travers le Canada et à l’étranger. Pour signer la Charte Québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée, et ainsi amener des changements de comportement et de vision au sein de la population et du monde de la mode, le site internet est le suivant: www.jesigneenligne.com

 
Sur le même sujet: