Une certaine idée du vide
19 février 2008
Le Théâtre Prospero semble avoir revu ses exigences à la baisse.

Une pièce étrange a depuis quelques jours investi les planches de la grande salle du Théâtre Prospero, devenu le refuge des troupes itinérantes du Théâtre de Quat’Sous. La femme d’avant, mise en scène par Theodor Christian Popescu, est la troisième pièce de Roland Schimmelpfennig adaptée par le metteur en scène roumain cette saison. Une continuité que Popescu explique par sa volonté d’occuper un créneau selon lui occulté par les créations montréalaises: le théâtre allemand contemporain.

L’intrigue de cette pièce a tout pour séduire. Une femme d’une quarantaine d’années, Romy Vögtlander, sonne un matin à la porte de son amour de jeunesse, Franck. Ce dernier, marié depuis vingt ans et père épanoui d’un adolescent pénible, ferme les derniers cartons: sa famille déménage «de l’autre côté de l’océan» dans moins de vingt-quatre heures. Mais l’apparition de la flamme de jeunesse de Franck risque de perturber les aspirations à la sérénité affichées par cette petite famille. La jeune femme n’a jamais pu oublier, malgré les râles de ses amants apparemment incalculables, la dernière phrase que Franck lui a dite: «Je t’aimerai toujours».

C’est déterminée à lui faire respecter cette promesse adolescente que Romy se présente au domicile de Franck, près de vingt-cinq plus tard. Lui ne se souvient d’elle que comme un vague fantôme. Sa consternation cède bientôt la place à l’amusement, mais face au sérieux de Romy et à la jalousie manifeste de sa femme, l’homme se voit contraint de reconduire son ancienne amante à la porte. Par un subterfuge tiré par les cheveux, la «femme d’avant» finit par passer la nuit dans l’une des pièces de l’appartement, mettant ainsi en péril l’équilibre de la famille et la vie de certains de ses membres…

La femme d’avant est à l’image de la scène voulue par Popescu: vide. Une succession d’intrigues et de personnages secondaires viennent pallier une exaspérante absence de propos. Certaines phrases semblent n’être là que pour meubler les longues minutes d’une pièce dont on ne peut rien sauver, sinon l’intrigue initiale. Incohérence du dénouement (on voit la femme de Franck littéralement s’embraser d’horreur), manque de profondeur de chacun des personnages, mais aussi de chacun des thèmes esquissés, émotion nulle.

À la lumière de cette catastrophe, il nous apparaît légitime de nous interroger sur les motivations de l’auteur, mais surtout sur celles du metteur en scène. Les acteurs, qui semblent errer sur scène sans le moindre repère, paraissent par instants se demander ce qu’ils font dans cette galère qui prend l’eau de part en part. Des subterfuges nombreux, à l’image de ces voyages temporels qui nous font revoir la même scène jusqu’à la nausée, accentuent davantage la débâcle.

Il m’a toujours semblé qu’une pièce de théâtre, fût-elle mauvaise, comportait malgré tout son lot de minutes d’intérêt et d’éléments à considérer d’un œil bienveillant, ne serait-ce que par son caractère spontané. La femme d’avant vient bouleverser ce jugement, et nous défaire de préjugés optimistes.

 
Sur le même sujet: