Les candidat·e·s aux élections de l’AÉUM
13 mars 2017 - Image par Mahaut Engérant
Le Délit a rencontré tous les candidats aux élections de l'AÉUM.

Jemark Earle – Vie étudiante

Étudiant de troisième année en musique, Jemark Earle souhaite faire de la santé mentale une priorité faisant en sorte que les membres exécutifs des différentes associations étudiantes des facultés (AÉFA, EUS etc.) soient formés et sensibilisés aux problèmes auxquels les étudiant·e·s peuvent être amené·e·s à faire face et servir de ressource pour les étudiant·e·s.

Ce dernier prévoit aussi de collaborer avec le Peer Support Center pour améliorer le bien-être des étudiant·e·s.

Au niveau des clubs et des services, Jemark Earle, prévoit de travailler conjointement avec le VP Opérations sur comment mieux répartir l’espace dans le Centre universitaire Shatner entre les différents clubs, l’AÉUM en comptant plus de 250.

Finalement, Jemark Earle espère pourvoir implanter de nouvelles campagnes à McGill, le première s’appelant «Traçons les Limites» (Draw the Line en anglais, ndlr) et aurait pour but de faciliter le dialogue sur les violence sexuelles en s’attaquant aux mythes et stresser l’importance d’être un témoin actif lors de situations à risques. La deuxième campagne baptisée «Je ne dis pas» (I don’t say campaign, en anglais, ndlr) lutterait contre les micro-agressions et les remarques offensantes. Enfin son troisième projet de campagne est un campagne Pro-pronouns qui viserait à sensibiliser les étudiants sur l’importance d’utiliser et de respecter l’usage des pronoms au quotidien.

Arisha Khan – Finances

Arisha Khan promet de «propulser les opérations de l’AÉUM dans le 21e siècle», une ambition qu’elle semble être en mesure de réaliser. Commissaire au financement de l’AÉUM cette année, Arisha Khan a une connaissance parfaite du fonctionnement des finances de l’AÉUM. Elle a aussi de l’expérience dans le milieu bancaire, et s’est engagée dans de nombreux projets provinciaux et de gouvernement, tel un fond de 450 millions de dollars pour la santé mentale des mineurs. Elle est aussi à la tête d’une association pour les enfants placés en famille d’accueil. Ainsi, Arisha Khan ajoute à son expérience au sein de l’AÉUM une grande expérience professionnelle, gouvernementale, et associative.

Arisha Khan compte moderniser la gestion des finances de l’AÉUM en introduisant un nouveau logiciel à cet effet, plus efficace, qui permettrait de diviser par deux la charge de travail bureaucratique demandée. Elle prévoit aussi d’encourager et d’aider les clubs de l’AÉUM à mieux se former à la gestion de leurs finances, et de simplifier celle-ci, en introduisant par exemple une plateforme de paiement centralisée pour tous les clubs, ou le système de vente Square.

Arisha Khan annonce aussi vouloir rendre les informations financières de l’AÉUM plus accessibles à la communauté, notamment en lançant un site dédié aux finances, avec des informations simplifiées.

Finalement, dans la foulée de Niall Carolan, actuel Vice-président aux Finances, qui a cette année créé un fond d’investissement responsable, Arisha Khan souhaite s’assurer que l’ensemble des finances de l’AÉUM sont socialement responsables, et étudier s’il y a besoin de repenser la répartition des cotisations étudiantes.

Connor Spencer – Affaires externes

Connor est une étudiante en allemand et histoire de l’art de troisième année. Elle a une connaissance étendue du milieu militant montréalais, anglophone comme francophone, notamment à travers son implication dans le groupe McGill Aganist Austerity (MAA). Depuis quatre ans, elle travail avec des militants de différents campuses montréalais pour organiser des manifestations ou agir contre la hausse des frais de scolarité. Pour elle, il y a un réseau de militantisme qui lie toute les écoles de Montréal. Or McGill se trouve à l’écart de ce cercle. Un de ses objectifs comme VP aux Affaire externes sera de faire une place à McGill au sein de ses mouvements.

Son programme repose sur quatre grands axes. Le premier est de désenclaver McGill et tissant des liens au niveau local, régional, et fédéral. Un des moyens pour faire ça sera l’intégration de l’école à l’Association pour la voix étudiant au Québec (AVEQ). Le second est la lutte en faveur de l’accessibilité. Cela passe par un appuie aux syndicats étudiants pour limiter la précarité (elle a notamment soutenu les grévistes d’AMUSE le semestre dernier). En un troisième temps, Connor souhaite “développer une politique indépendante [pour l’AÉUM] envers la violence sexuelle”. Étant donné les recents événements avec Ben Ger et David Aird, Connor a placé l’aide aux survivant·e·s au coeur de son projet pour s’assurer que quelque chose de ce genre ne puisse pas se reproduire. Enfin, le quatrième axe de son program vise à assurer le caractère durable de son projet. Ainsi, elle veut prendre en compte l’environnement, la société, et l’économie, pour s’assurer que les changements puissent répondre aux besoins “présents et futures”.

Maya Koparkar – Interne

Maya pense qu’il faut augmenter et faciliter la communication inter-faculté, afin d’accroître la visibilité de l’AÉUM à travers le corps étudiant. Elle souhaite créer des initiatives pour que les étudiants soient plus actif dans la politique mcgilloise. Par ce biais, elle espère pouvoir attirer des personnes qui ne s’intéressaient pas à l’AÉUM jusqu’à présent, en plus d’élargir l’audience des plus petit événements sur le campus. Par rapport à la communication entre elle et les étudiants, elle compte avoir un listserv style blog où elle publierait notamment des memes afin d’attirer un lectorat plus large. Pour faciliter l’intégration étudiante dans la vie universitaire, Maya vise les initiatives inter-facultés pour augmenter la visibilité des clubs, des services ou des activités.

Un autre aspect de son portfolio est l’organisation de la semaine d’intégration ainsi que la communication avec la communauté de Milton Park. Pour cette dernière, la période de frosh est particulièrement pénible à cause de la pollution sonore. Maya souhaite ouvrir un dialogue avec eux pour mieux répondre à leur besoins.

Enfin, Maya pense que le Conseil de première année (First Year Concil, ndlr) est une ressource importante pour intégrer les nouveaux étudiants dans la communauté Mcgilloise. Elle souhaite avoir une approche plus structurée de la chose, afin de créer un calendrier lisible et d’utiliser les ressources financières intelligemment. Pour remédier au manque de visibilité des étudiants en première année qui ne vivent pas en résidence, Maya veut leur réserver des places au conseil de première année.

Anuradha Mallik – Opérations

En tant que Vice-présidente des Opérations, Anuradha Mallik serait en charge de tout ce qui se passe à l’intérieur du bâtiment Shatner, de Gerts au Students’ Lounge.

Cette aspect gestionnaire ne prohibe pas les initiatives personnelles, Anuradha Mallik compte, si elle est élue, travailler à rendre les opérations de l’AÉUM plus durables et responsables. Elle annonce vouloir contribuer au développement de la Politique sur la durabilité de l’AÉUM, collaborer avec le bureau mcgillois à la durabilité, et relancer les tables rondes sur l’environnement de l’AÉUM afin de réunir tous les acteurs de ce domaine sur le campus. Cette priorité donnée à la durabilité pourrait s’étendre aux publicités affichées dans l’AÉUM. Toutefois, déclarant vouloir offrir aux étudiants de se réapproprier le bâtiment Shatner, notamment avec des oeuvres d’art d’étudiants, Anuradha Mallik ne fait pas mention de la publicité dans son programme. L’AÉUM sous-traite actuellement la sélection des publicités présentes en son sein.

Anuradha Mallik envisage aussi d’étendre le projet de crash pad mis en oeuvre cette année par Sacha Magder, actuel Vice-président aux opérations, qui permet aux étudiants mcgillois de dormir dans le bâtiment de l’AÉUM s’ils ne peuvent pas rentrer chez eux. Anuradha Mallik propose de mettre ce projet en place durant les périodes d’examens, en plus de Frosh comme ce fut le cas cette année.

Côté activités commerciales, Anuradha Mallik compte travailler main dans la main avec la Vice-présidence aux Affaires internes afin de garantir la place centrale du bar étudiant Gerts dans tous les évènements organisés par l’AÉUM. Elle veut aussi développer la culture du «spectateur actif», celui ou celle qui vient à Gerts pour flâner par lui ou elle-même. Anuradha Mallik veut aussi encourager la tenue continue de Barmacy, le bar de la Faculté de Science, ayant lieu dans Gerts.

Quant à la cafétéria étudiante Sadie’s, parvenant difficilement à l’équilibre après avoir accaparé l’attention de Sacha Magder cette année, Anuradha Mallik n’a pas de projets concrets pour la rendre plus profitable, mais voudra s’assurer que ses employé·e·s seront engagé·e·s de manière équitable.

 
Sur le même sujet: