Des actrices de l’entrepreneuriat
17 janvier 2017 - Image par Monica Morales
L’entrepreneuriat féminin, levier de la lutte contre la «féminisation de la pauvreté».

Alors que l’inégalité des sexes fait partie intégrante de notre société, elle est d’autant plus présente dans les pays en voie de développement. La violence, la pauvreté et le manque d’éducation sont autant de raisons empêchant les femmes d’avancer, et de poursuivre une carrière professionnelle. Un phénomène nouveau découle de ces circonstances atténuantes, appelé la «féminisation de la pauvreté». De nos jours, 70% des 1,3 milliard de personnes vivant avec un budget de 1 dollar par jour sont des femmes. De plus, si les femmes occupent 66% du marché mondial du travail, elles n’en reçoivent que 10% des revenus. Une solution innovante commence à se répandre dans de nombreux pays pour lutter contre cette disparité: l’entrepreneuriat féminin.

Réduire la disparité entre les sexes

L’entrepreneuriat féminin consiste en la création et le développement d’entreprises avec des femmes à leur tête  présidées par des femmes de manière à leur attribuer un rôle plus actif dans la société. Ayant tout d’abord une visée éducative, l’entrepreneuriat féminin permet d’enseigner des compétences pratiques aux femmes leur permettant de s’autogérer. Grâce à une meilleure éducation, les femmes seront plus compétentes et plus facilement capables de rivaliser avec les hommes sur le marché du travail. Ayant aussi l’ambition de rendre les femmes plus autonomes, l’entrepreneuriat féminin cherche à améliorer leur place dans la société. Comme le dit Ouafae Sananes, docteur en anthropologie sociale, «Avoir un salaire, c’est aussi avoir un statut social et un pouvoir».

Les femmes tiennent un rôle essentiel dans l’économie. L’entrepreneuriat féminin permettrait d’optimiser ce potentiel jusqu’alors inexploité pour éventuellement augmenter la croissance économique et pour obtenir une répartition plus équitable des richesses. En créant des emplois et en générant plus de revenus, les femmes auront un rôle plus actif dans le développement économique de leur pays, qui deviendra alors plus prospère.

Quelques exemples

En effervescence depuis quelques années, l’entrepreneuriat féminin dans les pays en développement a déjà fait ses preuves et a vu de nombreux résultats positifs grâce à certaines associations caritatives visant à promouvoir les droits des femmes. Artistri Sud, une association montréalaise, fait partie de ces associations et travaille présentement avec de nombreux pays tel que l’Inde, le Mali, le Niger, le Pérou et le Cambodge. À travers des ateliers ludiques dans ces pays, l’association apprend l’artisanat et finance le développement de création d’entreprises locales pour aider les femmes à obtenir une source de revenus régulière. Un de leur projet les plus fructueux fut un projet mis en place en 2014 en Bolivie. Au cours des deux dernières années, ce projet permis une augmentation de 57% des revenus réguliers des femmes boliviennes ayant participé au programme. Une belle preuve que l’entrepreneuriat féminin promet un futur avenant pour les pays en voie de développement. 

 
Sur le même sujet: