En coulisses avec Garcin
24 janvier 2012
Il y a de ces rencontres que vous n’êtes pas prêts d’oublier, qui vous collent à la peau comme un vêtement mouillé. C’est l’une d’entre elle qui est à l’origine de cette chronique.

À la croisée de la rue Pastoret et de la rue des Trois Rois à Marseille se niche une galerie photo bien anodine; ses grandes portes en verres, séparées par des planches de bois bleu ternies par le temps, laissent transparaître une grande enfilade. À l’intérieur se chevauchent des centaines d’ouvrages photographiques posés sur de longues tables d’apprenti, sous l’œil attentif des cadres photo suspendus au mur. Invité à la galerie pour son vernissage, on pouvait suivre dans les yeux de monsieur Garcin les traces des aventures qui ont fait de lui l’homme de 89 ans qu’il est aujourd’hui. D’origine provençale, il a apprivoisé la photographie lorsqu’il est parti à la retraite. s uns Gilbert Garcin disait: «J’ai un jour pris conscience que les situations que je ne vivrai pas, les rêves que je ne ferai pas sont innombrables. Il n’y a pas de raison à se résigner à cet état des choses.» C’est ainsi que s’est fabriqué petit à petit l’univers du photographe, un état du monde et des choses d’apparence lunaire, toujours en noir et blanc avec une charge mélancolique incroyable, une sensibilité face à la fatalité de la vie qui vous kidnappe le regard si par mégarde vous avez l’audace de vous y pencher d’un peu trop près.

Gabriel Garcin
Dans chacune des photographies de Monsieur Garcin, presque toutes des autoportraits, vous trouverez le photographe lui-même, sous forme miniature, se mettant en scène la plupart du temps seul et luttant, armé d’un humour absurde, contre les forces de la vie. Très épurés, ces tableaux photographiques ont pour titres: L’homme portant le fardeau du Temps soutenu par L’Espoir ou Le danger des images (visuel ci-contre). Pour réaliser ces images, nul recours à Photoshop. Le photographe construit manuellement des maquettes tout droit sorties de son imagination, découpe sa propre silhouette pour la recoller dans un autre monde, trifouille et bricole jusqu’à obtenir le résultat souhaité.

Dans sa boite à outils, Garcin possède une gamme d’objets symboliques qu’il réutilise à souhait pour mettre en scène le théâtre de ses songes: sa grande bobine de ficelles pour l’écoulement du temps, de grands cadres de photos d’où il contemple son passé et une série de marionnettes en papier pour peupler ses rêves.

L’œuvre de Garcin est en quelque sorte là pour nous rappeler qu’il est essentiel de cultiver la simplicité et la vérité en photographie, de laisser divaguer notre imagination, d’aller jusqu’au bout de notre pensée et surtout de mettre la main à la pâte! Voici une ode à notre bonne vieille technique argentique qui a tendance, de nos jours, à se faire marcher sur les plates bandes par le numérique, ce prétentieux rat de l’informatique qui nous ment!