Anne-Lise Pollakowsky – Le Délit https://www.delitfrancais.com Le seul journal francophone de l'Université McGill Sun, 18 Nov 2018 20:20:20 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.9.8 De l’électricité dans l’air https://www.delitfrancais.com/2015/11/13/de-lelectricite-dans-lair/ https://www.delitfrancais.com/2015/11/13/de-lelectricite-dans-lair/#respond Fri, 13 Nov 2015 21:21:33 +0000 http://www.delitfrancais.com/?p=24045 Au milieu d’une tournée qui va l’amener jusqu’en Australie au début de l’année prochaine, le chanteur américain Børns a fait halte à Montréal pour un concert unique au Petit Campus ce mardi.

Le succès de son EP «Candy», avec des chansons comme «Electric Love» ou «10 000 Emerald Pools», dont vous connaîtrez sans doute l’air malgré vous, lui ont permis de nous offrir l’album Dopamine il y a à peine un mois de ça. Fidèle à son nom, cet album est un vrai plaisir pour les oreilles. Sa performance tient toutes ses promesses mais offre aussi quelques surprises.

Anne-Lise Pollakowsky

Børns apparaît comme on l’imagine. Petit minet gringalet à la longue crinière et vêtu d’une veste cuir, il est souvent confondu avec James Bay. Une comparaison dont il aime rire puisqu’après avoir présenté ses musiciens, il blague «et moi c’est James Bay». Mais à part la chevelure, les deux n’ont pas grand chose en commun. Pas de nostalgie mélodramatique, au contraire! Ses chansons mêlent les styles indie, pop acidulée, synthétique et électro. De quoi électriser toute la salle.

Au rythme des projecteurs néons qui installent une ambiance futuriste, il déballe son répertoire, accompagné par un groupe. On note la présence rafraichissante de deux femmes excellentes, l’une à la batterie et l’autre au clavier. Malgré une voix frêle, sa spontanéité régale le public entre deux chansons: «On arrive de L.A. et c’est ma première fois à Montréal. J’aime beaucoup la ville. L’air glacé tout ça…» Après le salut final, il se livre même a une séance d’autographes et de photos avec le public (en même temps, pas de sortie arrière…).

Un conseil, pour la suite, prévoyez l’imprévisible !

]]>
https://www.delitfrancais.com/2015/11/13/de-lelectricite-dans-lair/feed/ 0
La bonne humeur contagieuse de Jess Glynne https://www.delitfrancais.com/2015/09/26/la-bonne-humeur-contagieuse-de-jess-glynne/ https://www.delitfrancais.com/2015/09/26/la-bonne-humeur-contagieuse-de-jess-glynne/#respond Sat, 26 Sep 2015 20:44:53 +0000 http://www.delitfrancais.com/?p=23152 Arrivant tout juste de Brooklyn et de passage à Montréal pour le début de sa première tournée internationale, Jess Glynne a offert une performance débordante d’énergie à son public au Belmont, samedi 19 septembre. Même si son nom ne vous dit rien, vous vous souviendrez sans aucun doute de sa collaboration avec Clean Bandit sur le morceau «Rather Be» que nous avons tous fredonné pendant des mois et des mois l’an dernier.

Un moment «feel good» assuré

Un mois à peine après la sortie de son premier album «I Cry When I Laugh» qui a débuté numéro 1 dans les classements anglais, elle continue à conquérir la scène pop internationale. Les critiques varient: certains lui reprochent une production ou un style trop «éparpillé», mais la britannique a d’ores et déjà des duos et des collaborations exceptionnelles à son actif (Route 94, Emeli Sandé…).

Ce samedi soir, son énergie, sa spontanéité et sa joie de vivre sont contagieuses et dès le premier refrain, la foule transpire. Comme elle le remarque elle même lors d’un de ses nombreux échanges avec le public, l’intimité du Belmont la met à l’aise et lui permet de se laisser aller sans complexes au rythme de ses musiciens. Aussi hétérogène que soit le style de ses chansons, toutes sont portées par une sorte de groove et par quelques éléments soul, bref un moment «feel good» assuré.

Incroyablement généreuse dans toutes ses interprétations, elle fait partie de ces artistes qui ne déçoivent pas leur public et qui brillent en représentation, parfois même plus qu’en studio. Avec une facilité déconcertante, elle ne laisse pas échapper une fausse note et offre même une reprise exceptionnelle du morceau «Tears Dry Their Own» d’Amy Winehouse. Une chose est sûure, c’est un départ plutôt réussi qui promet de très bonnes choses pour l’avenir.

]]>
https://www.delitfrancais.com/2015/09/26/la-bonne-humeur-contagieuse-de-jess-glynne/feed/ 0