Autant – Le Délit
Autant
Par · 5 novembre 2019
Image par Evangéline Durand-Allizé | Le Délit

tu es le reflet d’un visage sur la vitre du métro

la goutte qui glisse

et son écho

 

tu es la cuisse chaude d’un étranger

la photo vieillie

d’un nouveau-né

 

tu es la page pliée dans mon livre

la blanche minceur

du givre

 

tu es le chemin creusé par les vers

le pavé trempé

d’hier

 

tu es la vibration de l’aiguille

l’éclat

dans mes pupilles

 

tu es la fleur dans l’ombre du tronc

l’océan

qui tourne en rond

 

tu es la promesse de l’horizon bleu

le vent

dans les cheveux

 

tu es le sable sur mes genoux mouillés

l’odeur

du vingt-six juillet

 

tu es le cliquetis au pas de la porte

le soir rougeâtre

qui chuchote

 

tu es le carrelage sous le filet de lumière

le chant anonyme

de la pierre

 

tu es le miroir brouillé de la salle de bain

la croûte fait maison

du pain

 

tu es la première dent de lait

la dernière bougie

soufflée

 

tu es le goût du dentifrice à la barbe à papa

il y a autant de toi

que de moi.

 
Sur le même sujet: