Promenade républicaine pour le second tour
3 mai 2017 - Image par Mahaut Engérant
Des Français à Montréal se mettent en marche pour barrer la route au FN.

Le 29 avril 2017, au moment où la population américaine se mobilisait pour protester contre le gouvernement Trump à l’occasion de ses 100 jours au pouvoir, les Français de Montréal s’organisaient également. En Marche Montréal donnait rendez-vous à ses adhérents, ainsi qu’à tous les intéressés, au Monument George-Etienne Cartier pour une « Promenade Républicaine » afin d’inciter les citoyens français de Montréal à voter au second tour de l’élection présidentielle, préférablement pour Emmanuel Macron.

Appel au barrage à l’extrême droite

D’après les organisateurs, ce rassemblement s’adressait davantage aux électeurs redoutant une victoire de Marine Le Pen qu’aux véritables militants de Macron des premiers jours. Christopher, un de ses organisateurs, nous explique: «On n’est pas là aujourd’hui pour faire du prosélytisme pour Emmanuel Macron, mais vraiment pour mobiliser les gens qui n’ont pas envie de voir ce qui s’est passé aux États-Unis avoir lieu en France aussi.». L’événement visait donc ceux qui n’avaient pas voté pour Emmanuel Macron au premier tour le 23 avril, mais qui seraient susceptibles de préférer le candidat d’En Marche à la présidente du Front National.

Ainsi, Thomas, un des participants, s’adresse à ceux qui font le choix de l’abstention ou du vote blanc au second tour : «Il faudrait penser à ouvrir un livre d’histoire, et se rendre compte que la guerre n’était il n’ y a pas si longtemps, et regarder à nos frontières pour voir que les bruits de bottes ne sont pas très loin ni à l’Est ni ailleurs, et que la liberté, il faut se battre pour y arriver.» Participants et organisateurs regrettent par ailleurs la banalisation du Front National et son discours, ou encore la «disparition du front républicain» qui avait uni la France contre Jean-Marie Le Pen en 2002, également présent au second tour pour finalement perdre face à Jacques Chirac.

Malgré l’insistance de l’organisation sur le caractère fédérateur de la manifestation, la plupart des participants affirmait se retrouver plus dans les idées d’Emmanuel Macron que n’importe quel·le autre candidat·e présent au premier tour, et beaucoup comptaient parmi les adhérents d’En Marche. On notera aussi la présence de quelques Québécois, venus « en guise de solidarité pour leurs cousins Français», comme l’explique Martine.

Déroulement de la marche sans encombre

Vers 14h, les quelques 200 personnes attirées par l’événement se sont donc mises en marche vers le Mont Royal. Agitant les drapeaux bleus étoilés de l’Union Européenne en référence aux positions divergentes des deux candidats en lice au sujet de la place de la France dans cette institution, le groupe a su attirer l’attention des promeneurs et divers joggeurs du parc. Après quelques discours au mégaphone, au cours desquels les participants ont pu prendre la parole, la troupe s’est finalement dirigée vers le Belvédère avant de se disperser. Aucun incident à reporter, la paisible «promenade républicaine» fut donc un succès pour les organisateurs.

 
Sur le même sujet: