En Marche! Montréal soutient la candidature de Emmanuel Macron
28 mars 2017 - Image par Mahaut Engérant

En Marche! Montréal, d’après le mouvement politique d’Emmanuel Macron, candidat aux élections présidentielles françaises, s’est créé à la mi-automne l’année passée. Depuis, le comité se distingue par son activité et l’engouement qu’il suscite. Sur les réseaux sociaux, comme lors de ses évènements fort courus, En Marche! Montréal est quantitativement le comité de soutien à un candidat à la présidence française le plus en vogue en Montréal.

Quelques mois après sa création, le comité est d’ores-et-déjà régi par un organigramme formel, et est divisé en pôles et sous-pôles: Pôle intégration des nouveaux membres, Pôle recrutement et adhésions, Pôle argumentaire, riposte et veille, ou Pôle contenu et réflexion, duquel dépendent une demi-douzaine de pôles thématiques (éducation et culture, renouveau démocratique, scène internationale…). Une organisation carrée, ce qu’il faut pour encadrer, sans budget, 190 militants aujourd’hui, selon les chiffres du comité.

190 militants de tous âges et horizons, nous explique Louise Courchinoux, responsable du Pôle bénévoles occasionnels. Car, si à ses débuts En Marche! Montréal était à forte prédominance masculine, il s’est depuis diversifié, grâce à un afflux d’intéressés, «Français comme Québécois» selon la militante. Des Québécois qui retrouveraient en Macron «un élan de renouveau» leur évoquant Justin Trudeau. Le comité se définit aussi par une forte présence étudiante, à l’image aussi de la population française à Montréal, mais qui témoigne de l’attrait d’Emmanuel Macron pour les jeunes, affirme Louise Courchinoux. On y trouve aussi néophytes en politique comme anciens militants, «on a fait un tour de table une fois, sur qui avait voté quoi en 2012, et il y a avait de tout.»

Outre cette «diversité incroyable», ce qui expliquerait le succès d’En Marche! Montréal serait sa nouveauté: nouveau comité d’un nouveau parti, à créer à partir de rien, et vous amenant à vite endosser d’importantes responsabilités, car celles-ci sont «décentralisées vis-à-vis de Paris» continue Louise Courchinoux. Ainsi, le comité jouirait d’une autonomie raisonnable, même quant au programme du candidat.

Une nouveauté qui peut aussi nourrir les ambitions, car si l’on ne s’autorise pas à penser au-delà de la présidentielle, il reviendra bientôt au comité de participer au choix d’un candidat pour l’Amérique du Nord aux législatives prochaines. Louise Courchinoux nous confirme que plusieurs membres du comité briguent ouvertement cette candidature.

Côté programme, En Marche! Montréal fait valoir les propositions pour l’éducation d’Emmanuel Macron. Il promet de rendre le système éducatif plus flexible, pour qu’il s’adapte à l’élève, et veut promouvoir l’apprentissage de l’anglais ainsi que l’ouverture à l’international. Des arguments qui, selon Louise Courchinoux, devraient séduire la communauté française mcgilloise, au parcours cosmopolite.

Flexibilité de l’éducation, flexibilité de l’emploi, licenciement et reconversion facilités, Macron s’inspire ici du modèle scandinave, selon En Marche! Montréal. Interrogée sur la déclaration d’Emmanuel Macron, qui avait qualifié la colonisation française de l’Algérie de «crime contre l’humanité», Louise Courchinoux a clarifié: «ce n’est pas vraiment ce qu’il voulait dire». «Il avait dit justement que la colonisation avait eu ses bienfaits en termes d’économie et de structure administrative, etc. Et oui il a fait l’erreur de dire que c’était un crime contre l’humanité, c’était un terme très mal choisi, mais ce qu’il a voulu dire c’est qu’on avait quand même bafoué les droits humains en s’imposant dans un pays qui n’était pas le notre.» Une déclaration qui n’a donc pas divisé En Marche! Montréal, mais a confirmé que «les médias retranscrivent très mal ces élections». Ceci est à l’image du programme de Macron réclamé pendant des semaines, puis éclipsé par les affaires Fillon. Côté francophonie, aucun élément portant à ce sujet ne figurerait dans le programme du candidat.

 
Sur le même sujet:
23 novembre 2016
30 novembre 2016