Les candidat·e·s aux Affaires universitaires de l’AÉUM
12 mars 2017 - Image par Mahaut Engérant
Le Délit a rencontré les candidats aux Affaires universitaires de l'AÉUM.

Isabelle Oke

Par rapport aux relations avec l’administration, Isabella Oke pense que la collaboration doit toujours être privilégiée afin de faciliter les négociations avec l’université, notamment au Sénat. Cependant, cette dernière assure que l’administration doit être séparée de l’AÉUM et ne devrait pas s’immiscer dans la gestion de l’association.

Isabelle Oke souhaite aussi renforcer les liens entre l’AÉUM et les étudiants avec la création d’au moins un nouveau poste en charge du travail de proximité (outreach en anglais, ndlr) et de la communication avec les étudiants.

Aussi sur le sujet de la défense des droits académiques des étudiants, Isabelle Oke souhaite poursuivre le travail de l’actuel Vice-président aux Affaires universitaires Erin Sobat en rendant le site Know Your Student Rights plus «interactif».

Enfin, Isabelle Oke souhaite travailler avec Syndicat des employé•e•s occasionnel•le•s de l’Université McGill (SÉOUM, AMUSE en anglais, ndlr) afin de défendre les intérêts des travailleurs étudiants, ayant une grande expérience dans le domaine, étant elle-même floor fellow et Vice-présidente aux Floors fellows du syndicat mcgillois.  Cette dernière a aussi déclaré que, si élue, elle travaillerait, avec la Vice-présidence aux Finances à l’élaboration d’un politique augmentant le salaire minimum des employé•e•s de l’AÉUM à 15 dollars de l’heure.

Alexander Dow

The McGill Daily

Alexander Dow a un CV bien rempli. Il siège en ce moment au sénat en temps que représentant de la faculté de génie, et a fait partie de sept comités d’administration en un an. Son engagement en politique étudiante lui a permis de fréquenter, et tisser des liens aussi bien professionnels qu’amicaux à travers l’administration. C’est donc avec son carnet d’adresse bien rempli qu’il souhaite devenir Vice-président aux Affaires universitaires. Il nous explique qu’il sera ferme avec sa relation avec l’administration. Si un compromis doit être fait, il ne pliera que si c’est en faveur des étudiants. Il souligne que McGill est autant une université étudiante qu’une entreprise: les relations entre l’AÉUM et l’administration doivent être proactive pour garder conserver sa réputation et sa qualité.

Pour Alexander Dow, sa première priorité est de faire passer le protocole d’accord qui régit la relation entre l’AÉUM et l’administration. Si elle n’est pas signée avant son entré en poste, ce sera la première chose dont il s’occupera. Ensuite, il souhaite créer une politique contre les agressions sexuelles qui travaillerait en parallèle à l’AÉUM. Enfin, il souligne la nécessité de “cimenter et plaider pour les politiques actuelles”, sur des sujets tel que les droits autochtones, la semaine de lecture ou la santé mentale.

Pour Alexander Dow, un des plus gros problèmes pour l’AÉUM est le financement. Il souhaite donc créer une procédure claire pour le financement académique. Selon lui, cela permettrait aux organismes étudiants d’accéder à des fonds plus facilement, et éviterait le gaspillage monétaire. Pour policer l’utilisation de l’argent, il souhaite investir les étudiants.

 
Sur le même sujet: