Rappeurs de Mcgill et alentours: Super Freddy
8 février 2017 - Image par Vittorio Pessin
Le Délit a rencontré cinq rappeurs de McGill et d’ailleurs. Présentations.

Un duo, trois rappeurs solo, cinq bonhommes. Nous aurons cherché, mais nous n’aurons pas trouvé, pas de rappeuse mcgilloise dans ces pages. Du coup, nous leur avons posé la question, pourquoi cette sous-représentation féminine dans le rap? Retrouvez leurs réponses sur notre site. Et ce n’est en rien pour enlever au mérite des ces cinq-là qui combinent ambitions artistiques et académiques au quotidien. Un dernier mot: cette sélection est subjective, faites-nous part de nos oublis, masculins, féminins, ou autres.


Super Freddy

Canadien d’origine camerounaise, Super Freddy grandit à Ottawa, il commence à y rapper tôt, dès ses 13 ans. Rapper est alors quelque chose d’éminemment personnel pour lui, et il lui faudra plusieurs années pour partager ce qu’il fait avec d’autres. Une première influence, k-os et son rap alternatif comme référence.

À Montréal, il monte sur scène régulièrement désormais, et a créé un collectif de rappeurs, graphistes, chanteurs, et photographes mcgillois, DRKSYDE Entertainment, pour s’y entraider entre artistes, se faire connaître, créer des passerelles entre ces formes d’expression artistique. Cette année, il donne un concert à l’Open Air Pub, son premier «vrai concert» après quelques sessions en open mic.

Un rap mélodique, serein, qui prend une toute autre teneur sur scène, où Super Freddy se risque à des pas de danses endiablés, habillé de sa Dashiki.

Aujourd’hui, Super Freddy cite comme influences Childish Gambino, Drake, Kanye, Shade, de ceux et celles qui ont étendu ou flouté les frontières du rap. Il sustente aussi sa musique de légendes du jazz telles John Coltrane ou Miles Davis, ce qui se fait sentir dans la plupart de ses titres. Des titres produits par d’autres mais à l’identité musicale reconnaissable à ses accents jazzy ou soul surgissant ici et là. «J’aime bien dire que je fais du rap alternatif», nous dit-il. Tester des nouvelles idées, tenter, voilà la démarche de Super Freddy dans sa «série» de titres encours, Hot Chocolate. Le Graal? Quelque chose comme A Tribe Called Quest ou To Pimp a Butterfly, d’ici-là, Super Freddy compte sortir un EP, à l’automne prochain.

 


À voir aussi 

Uzuazo 

Dawan & Yaska

Chief Brody

 

 
Sur le même sujet: