La bureaucratie s’emballe
28 novembre 2016 - Image par Mahaut Engérant
L’AÉFA se prend à la mode des référendums.

Ce texte est un écrit satirique.

Cette semaine, les membres de l’Association Étudiante de la Faculté des Arts (AÉFA, ndlr) étaient priés de participer au référendum d’automne, moment crucial de la politique étudiante à McGill, en répondant à la question:
«Acceptez-vous les changements suivants à la constitution de l’AÉFA»
Les changements en question? Le ou la président·e ne siégera plus à la tête du comité de conseil au bureau des stages (Arts Internship Office Advisory Committee en anglais,ndlr.) À partir de maintenant, c’est le ou la vice-président·e académique qui se chargera du poste. Résultat, l’alinéa V de l’article h de la section 12.4 déménage et se retrouve à la section 12.5, article, alinéa II.

Taux d’absentéisme record

Bien qu’il soit encore trop tôt pour annoncer les résultats, l’AÉFA se veut confiante. «Oui, ça va passer, sans aucun doute» nous a dit sa v.-p. aux référendums, Artem Tepimko. Par contre, le nombre très bas de participants inquiète les hautes sphères du pouvoir étudiant de la faculté. «Plus personne ne vote. Sommes-nous en train d’assister à un déraillement de la démocratie étudiante à McGill? C’est décourageant de se dire qu’on travaille pour des moules apolitiques. Bougez-vous un peu!» poursuit Tepimko, visiblement attristé par l’apathie générale vis-à-vis la politique du campus.
Que faire pour enrayer la tendance? Justine Trudeau (aucune relation connue avec le premier ministre), la v.-p. chargée des référendums, pense qu’il faut plus d’élections et de référendums. «Notre stratégie est double: d’un côté, nous voulons augmenter massivement le nombre d’élections et de référendums pour rendre le pouvoir aux étudiants, et de l’autre nous travaillons vers des élections plus engageantes, plus «fun», pour ainsi dire, afin d’encourager nos membres à voter. Donc, pour la semaine qui vient, nous avons préparé trois référendums. Le premier, mardi, sera sur l’interdiction de la lettre «e» dans tous les documents officiels de l’Association. Mercredi, les électeurs se prononceront pour ou contre l’adoption de «All Star» comme hymne officiel de l’AÉFA. Et vendredi, le 2 décembre, ce sera pour ou contre l’adoption de Fidel Castro comme Saint Patron de l’association. «Nous nous attendons à un taux de participation autour de 80%.»

Référendums en cascade

Surpris par l’existence même du poste de v.-p. des référendums, nous avons demandé au président de l’AÉFA, Kamil Glick, comment il comptait financer tout ça. «En fait, en ce moment, Simply Voting (le service de vote en ligne utilisé par les organisations étudiantes, ndlr) propose 50% de rabais sur les référendums étudiants! C’est génial, non? Vive Black Friday!» s’est-il extasié. «En plus, on a un surplus énorme dans le budget. On s’est demandé: de quoi a-t-on urgemment besoin à McGill? La réponse, bien évidemment, c’était plus d’élections.»
Face à cette vague bureaucratique, le Délit s’inquiète. Aussi, nous aimerions proposer un projet de référendum le semestre prochain: pour ou contre les référendums à McGill? Là, taux de participation à 100% garanti.

 
Sur le même sujet: