Équipe Canada championne
4 octobre 2016 - Image par Mahaut Engérant
Le Canada est au sommet de la planète hockey et semble maintenant indétrônable.

Après avoir décroché la médaille d’or aux Jeux Olympiques de Vancouver en 2010 ainsi qu’aux Jeux de Sotchi en 2014, Équipe Canada a confirmé sa suprématie en survolant aisément la Coupe du monde de hockey. Après avoir balayé sans grande surprise les autres équipes du tournoi, Équipe Canada s’est imposée en grande finale contre une équipe européenne qui, malgré des pronostics pessimistes, croyait en ses chances de réaliser l’impossible: mettre fin au règne canadien.

David passé très près de vaincre Goliath en finale

Avant le début de la coupe, tous les analystes s’entendaient pour dire qu’Équipe Europe, formée de talentueux joueurs européens dont l’équipe nationale n’avait pu se qualifier, faisait figure de négligée. Elle a donc causé la surprise en s’immisçant en grande finale du tournoi. Le défi était cependant de taille face à une équipe canadienne au sommet de son art.

Il s’en sera fallu de peu pour que David vienne à bout de Goliath. Équipe Europe est parvenue à blanchir Équipe Canada pendant près de 57 minutes, elle qui n’avait tiré de l’arrière que 2 minutes et 41 secondes au cours du tournoi. Alors que la victoire semblait promise aux européens, l’improbable se produisit. Avec seulement 3 minutes à faire au match, les canadiens ont créé l’égalité, avant d’inscrire le but de la victoire 129 secondes plus tard, et ce, rien de moins qu’en désavantage numérique! Quel dénouement dramatique pour l’équipe européenne qui, avouons-le, avait connu tout un match.

Carey Price invincible?

Cette victoire porte donc la séquence d’invincibilité du portier des Canadiens de Montréal à seize. D’ailleurs, depuis qu’il a été repêché par Montréal en 2005, Carey Price n’a jamais connu la défaite lorsqu’il endosse le maillot canadien (16-0-0). Voilà de quoi rassurer les partisans des Canadiens qui espéraient retrouver un Carey intraitable et flamboyant, comme il avait l’habitude de jouer avant qu’une blessure ne le garde sur la touche pendant la majeure partie de la dernière campagne.

McGill à l’honneur

Vous serez peut-être surpris d’apprendre que l’entraineur-chef qui a mené Équipe Canada aux grands honneurs est un ancien élève de notre université adorée. Voilà donc une bonne raison de se réjouir des récents exploits de l’équipe canadienne. Mike Babcock est d’ailleurs loin d’être étranger au succès, lui qui est devenu le premier et pour l’instant seul entraineur-chef de l’histoire à rejoindre le prestigieux club «Triple Or», un regroupement de joueurs ayant remporté à la fois les Jeux olympiques, le championnat du monde et la Coupe Stanley, soit les trois plus importantes compétitions de hockey sur glace au monde.

Étudiant en éducation physique entre 1983 et 1987, Mike Babcock a connu tout autant de succès dans les rangs des Redmen de McGill. L’ex-capitaine des hommes rouges évoluait alors au poste de défenseur. Lors de son passage à McGill, il a récolté 22 buts et 85 assistances pour un total de 107 points, lui valant au moment de sa graduation le deuxième rang de l’histoire de McGill chez les défenseurs. Vu ses exploits à la barre d’Équipe Canada et des Red Wings de Détroit, son nom est devenu synonyme d’excellence à l’Université McGill, qui lui a d’ailleurs décerné un doctorat honorifique en droit en 2013.

De toute évidence, que ce soit avec les Redmen ou Équipe Canada, Mike Babcok a été et demeure une source de fierté pour les mcgillois. 

 
Sur le même sujet: