L’intranet le plus censuré au monde
27 septembre 2016 - Image par Mahaut Engérant
Un accroc informatique dévoile l’étendue de la censure en Corée du Nord.

Bienvenue en Corée du Nord, pays abritant environs 25 millions d’habitants mais dont seulement deux millions ont un accès régulier à l’internet. Pays ayant un seul intranet — différent de l’internet, le réseau public mondial — établi en 2000 et appelé Kwangmyong. Pays disposant de 28 sites accessibles au public par rapport aux 1,3 milliards de sites existants dans le monde. Pays ayant un mode de censure abusif et strict. Les seules personnes connaissant Internet tel que nous le connaissons? Kim Jong-Un, «leader suprême» et dictateur depuis 2011, et une dizaine de membre de l’élite coréenne, tous reliés au despote d’une manière ou d’une autre.

coreedunordMahaut Engérant | Le Délit

Accès impossible

En plus de censurer son net de manière extrême, la Corée du Nord fait tout pour rendre la connexion à Kwangmyong impossible à ses citoyens. Le pourcentage de la population ayant un ordinateur étant extrêmement faible — il faut avoir une autorisation officielle et beaucoup d’argent pour détenir une telle machine — la façon la plus courante de «surfer» sur le net est de se rendre dans des cybercafés ou il faut payer pour sa connexion au web.  Celle-ci est connue pour être anormalement lente et excessivement chère. Pour une heure de connexion, il est nécessaire de débourser en moyenne six euros soit un cinquième du salaire mensuel moyen en Corée du Nord. Autant dire qu’il est inconcevable pour la plupart de la population de se permettre un tel luxe.

Le but de cette quasi-impossibilité d’accéder à un web ultra-contrôlé? Éliminer la liberté d’expression et implémenter un phénomène de désinformation. Ainsi, l’État contrôle la population et renforce la propagande vantant ses mérites. Ce qui permet donc un endoctrinement complet de la nation entière.

La découverte d’un réseau famélique

Une récente erreur informatique a été commise conduisant à la fuite des noms des 28 sites auxquelles les nord-coréens ont accès à travers Kwangmyong. Alors que ces sites ne sont normalement pas accessibles depuis l’extérieur du pays, leurs adresses DNS ont été révélées, permettant à n’importe qui de se connecter à ces sites. On y trouve des sites coréens d’information, de recettes, de cours éducatifs, des formes rudimentaires d’email…Parmi les 28 sites, 11 tournent autour du Kim-Jong-Un et font son éloge tout en vantant les mérites de son régime. Alors que beaucoup de sites sont instables et toujours inaccessibles pour le moment, cette brèche du système nord-coréen donne un aperçu de l’intranet dans l’un des pays les plus répressifs du monde. Des captures d’écrans, permettant de se faire une idée de ce à quoi ressemblent ces sites, sont disponibles partout sur Internet et choquent les internautes de part le monde… Cette erreur informatique confirme l’horreur du régime autoritaire mis en place en Corée du Nord et nous pousse à mieux apprécier l’ampleur de notre liberté. 

 
Sur le même sujet: