Un regard sur…
20 septembre 2016 - Image par Vittorio Pessin

Pour ceux qui n’étaient pas encore partis en weekend vendredi dernier, vous avez peut-être eu la chance d’apercevoir sur Lower Field les festivités autochtones — Pow Wow — dans le cadre de la Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones de McGill. Autrefois l’occasion de célébrer les exploits guerriers, le Pow Wow est devenu un événement de célébration culturelle.

Faire vivre leur héritage culturel et le partager n’est pas le seul but de cette sixième édition de la semaine organisée par le Bureau de l’éducation pour l’équité sociale et la diversité (SEDE, ndlr) de McGill. Il s’agit avant tout de sensibiliser les étudiants aux enjeux sociaux, politiques et économiques auxquels font face les populations autochtones.

Huit ans après la mise en place du Comission de vérité et de Réconciliation censé apporter réponse et réparation aux sévices subis par les anciens élèves des pensionnats du gouvernement canadien entre 1880 et 1996, les communautés autochtones se battent toujours pour pallier les répercussions d’un génocide culturel souvent méconnu du grand public.

Le Délit a sélectionné quelques clichés pour revenir sur cette journée.

a-powow4Vittorio Pessin | Le Délit

Ci-dessus Les danses traditionnelles sont, au sein des communautés autochtones, remplies de symboles. Rite de passage, description d’une chasse ou d’un haut fait de guerre, ou encore tableau des événements de la vie quotidienne, sont autant d’histoires et faits dansés et célébrés. Autre symbole important dans cette image: les danseurs foulent un sol qui n’est plus le leur. En effet, McGill se situe sur un territoire non cédé, celui du village Hochelaga, ayant été occupé pendant longtemps par une des six nations de la confédération iroquoise, le peuple Mohawk.

a-powwow2Vittorio Pessin | Le Délit

Ci-dessus «Transmettre nos traditions aux futures générations est pour nous une étape importante dans notre parcours vers la guérison» confie une femme autochtone lors des compétitions de chants de gorge — jeux vocaux traditionnellement pratiqués par les femmes inuits.

a-powwow1Vittorio Pessin | Le Délit

Ci-dessus Un dialogue inter-culturel qui tend vers la réconciliation et cherche à combler beaucoup d’ignorance sur la place des populations autochtones dans la société canadienne.

a-powow3Vittorio Pessin | Le Délit

Ci-dessus La vente d’objets d’art et d’artisanat autochtones renforce le partage de culture recherché lors de cet événement, mais est surtout une source de revenus cruciale pour ces communautées dont le taux de chômage est beaucoup plus élevé que les non-autochtones.

 
Sur le même sujet: