Le tour du siècle en soixante voix
13 septembre 2016
Rassembler 75 ans d’Histoire en un ouvrage, l’idée folle de la journaliste québécoise Mélanie Loisel.

Sorti à la fin du mois de Novembre 2015, Ils ont vécu le siècle, de la Shoah à la Syrie est un recueil de soixante-deux témoignages des grands épisodes historiques du 20e siècle, de la création de l’État d’Israël à la révolution cubaine, en passant par la guerre de Yougoslavie. Dans ces échanges, des survivants — penseurs, militants, hommes et femmes qui peuvent encore mettre en relief ce qu’ils ont vécu — prennent la parole tour à tour. Avant de proposer des solutions, ce projet ambitieux mené par la Québécoise Mélanie Loisel commence par rappeler l’importance de comprendre en quoi consiste le projet.

Le Délit (LD): Pour débuter simplement: d’où vous est venue cette envie de cheminer parmi tant d’événements historiques?

Mélanie Loisel (ML): Il faut remonter en 2013. À l’époque j’ai une idée qui me traverse l’esprit: il faudrait recueillir les témoignages de gens qui ont été au cœur de l’Histoire, qui commencent à être très âgés. J’ai alors commencé à lancer, comme des bouteilles à la mer, des messages tout simples: «Allô, je suis une jeune journaliste québécoise. J’aimerais vous rencontrer pour tirer des leçons du passé, voir ce que vous pensez du monde d’aujourd’hui et laisser un message à la jeunesse.»

Contre toute attente, une semaine ou deux plus tard, les réponses ont commencé à affluer; on acceptait de me rencontrer à Paris, Beyrouth, Stockholm… À l’époque, je venais de finir des contrats Radio-Canada, j’avais plus d’emploi, plus de copain et c’est comme ça que je suis partie à la rencontre de ces gens partout dans le monde.

entrevue2

LD: La surprenante facilité avec laquelle vous avez eu accès à tous ces témoins vous a-t-elle fait réaliser que l’Histoire est peut-être plus accessible qu’on ne le croit?

ML: C’est sûr que je n’aurais jamais pu m’imaginer entrer en contact avec tous ces gens! Je visais des personnes relativement âgées — je m’étais dit soixante-dix ans minimum (rires) — pour qu’ils aient la parole libérée. Je ne voulais pas de langues de bois, des gens au pouvoir qui nous chantent leur cassette. Et puis arrivé à un certain âge, tu as peur de sombrer dans l’oubli, que le combat que tu as mené toute ta vie disparaisse… Je pense que ça leur a fait plaisir que l’on s’intéresse à eux.

LD: Comment est-ce que vous avez choisi les témoins de ces événements ? Car dans votre livre il y a à la fois des entrevues avec des victimes de conflits et des membres du gouvernement comme l’ancien président israélien Shimon Peres.

ML: L’idée était vraiment de trouver les acteurs numéro un ou numéro deux qui ont été au cœur de ce qui nous a marqué. C’est sûr que ce sont souvent des survivants, qu’il s’agisse de l’Holocauste ou d’Hiroshima, car beaucoup des acteurs en soi ne sont plus de ce monde. Par la suite j’ai aussi choisi des figures de proue qui seraient en mesure de me raconter ce qu’elles ont vécu, que ça soit pendant la guerre d’Algérie, celle du Liban, la révolution des Œillets au Portugal ou du Velours en Tchécoslovaquie.

LD: Vous vous êtes concentrée sur les luttes et conflits qui ont jalonné le 20e siècle. Quelles évolutions ou répétitions avez-vous pu observer parmi ce long spectre de violences?

ML:  Ce que l’on réalise — en tout cas durant ces soixante-quinze dernières années — c’est que tout est un petit peu interconnecté, que ça soit les luttes pour les indépendances, les régimes dictatoriaux… J’avais quatre grands thèmes qui se rejoignent souvent: la paix, la lutte pour les droits humains, l’environnement, le développement des États. Les pays africains qui cherchent à se développer c’est aussi parce qu’ils ont connu la colonisation. C’est drôle parce que plusieurs personnes font des liens les uns par rapport aux autres, parce qu’on ne peut pas parler de la décolonisation en Afrique sans parler de la guerre d’Algérie, ou de celle du Vietnam. Ça nous rappelle à quel point on vit dans un monde plus connecté qu’on ne le croit.

Mais ce que j’ai réalisé en bout de ligne, ça peut paraître bien simple, mais c’est que l’on a réussi à mettre fin à des conflits, à signer les accords d’Évian pour mettre un terme à la guerre d’Algérie, à signer des traités de non-prolifération des armes nucléaires pour éviter de pires guerres, donner des droits aux femmes, aux Afro-américains, aux homosexuels. Ce sont des hommes et des femmes qui n’avaient rien d’extraordinaire qui ont milité pour le bien-être collectif . Et oui, tout n’est sûrement pas parfait, mais au moins on a fait un pas en avant. Quand aujourd’hui on regarde la Syrie, on peut désespérer mais il faut se rappeler qu’il n’y a pas de solution miracle, il va falloir s’asseoir, négocier, lire, rencontrer des gens. Ce sont toutes sortes de choses à mettre en place, ça demande une vision large et beaucoup de temps mais la pire erreur serait de ne plus chercher à mettre fin à ce conflit.

LD: Quant aux témoins, avez-vous des exemples à nous donner de la relation qu’ils entretenaient avec ces événements, tant d’années après?

ML: C’est drôle parce qu’il y a vraiment de tout. Il y a ceux qui ont l’impression d’avoir fait la différence, aussi minime soit-elle, comme le commandant Azzedine en Algérie, qui a quand même contribué à l’indépendance de son pays. Malgré tous les problèmes que l’Algérie a encore aujourd’hui, il a le sentiment d’avoir participé à une partie de l’Histoire.

D’autres, par contre, réalisent que les efforts qu’ils ont faits sont en train de tomber en ruine. Par exemple, le conseiller Václav Havel, en République Tchèque, qui me disait qu’il avait tellement cru à cette nouvelle liberté que, quand il a eu le pouvoir en 1989 après l’indépendance, la prise de conscience de ses limites a été douloureuse. L’ivresse du pouvoir cause beaucoup de déception et certains ont eu l’honnêteté, avec le recul, de l’admettre. Il y avait aussi des gens très amers, comme Jacques Parizeau vis-à-vis de l’échec de son référendum pour l’indépendance du Québec en 1995.

LD: Si vous deviez nommer un témoin en particulier qui vous a marqué?

ML: Il y en a qui m’ont marqué pour plusieurs raisons. C’est sûr que quand on voit pour la première fois quelqu’un avec un tatouage des camps nazis, c’est troublant; le survivant s’est mis à pleurer et tu réalises l’impact que ça a eu sur les êtres humains. Et puis, en même temps, j’ai adoré une entrevue avec François Bizot, qui a été emprisonné dans les camps de Pol Pot au Cambodge et a été le seul libéré par son tortionnaire, le Douch, qui a quand même tué plus de  cent-mille personnes… Cet échange demeure le plus pertinent, corsé et stimulant intellectuellement parce qu’il faisait appel à la part du bourreau que nous avons tous en nous. Mais je pourrais parler de chacun d’eux. Par exemple, le 11 septembre arrive bientôt (cette entrevue a été réalisée le 7 septembre, ndlr) et encore hier je me rappelais des yeux du chef des pompiers de New York qui a vu plus de trois-cent hommes mourir, à qui il eut advenu de décider combien d’hommes envoyer, quand arrêter. Quand tu perds tes hommes dans de tels attentats, ça te fait voir ces événements-là sous un angle tellement plus humain.

Je suis toujours un peu étonnée et j’aime beaucoup que l’on nous rappelle les combats des Mandela de ce monde, des Martin Luther King et à quel point ils ont pris des risques. À quel point ils ont mis leur vie en jeu, consacré leur vie au bien-être des leurs. On ne le répète pas assez. On dirait qu’on les connait de nom mais quand tu te fais raconter ce qu’ils ont fait, tu réalises qu’ils en ont eu de la force et du courage. Parfois on pense savoir — sans vraiment savoir — par où ils sont passés. Au-delà de l’être mythique, c’était des Hommes.

LD: Depuis sa sortie en novembre 2015, Ils ont vécu le siècle a fait un bon bout de chemin…

ML: Oui il est encore en librairie, il a été déposé à la bibliothèque de l’UNESCO pour la préservation des mémoires, dans deux semaines il sera déposé au mémorial de la Shoah en Israël… Et puis ce livre s’adresse vraiment aux étudiants, c’est à nous maintenant de mettre nos talents au service de l’humanité. J’étais la première à être révoltée de voir la Syrie, frustrée par les dernières années. Je me suis demandée ce que moi je pouvais faire; je sais écrire, je crois que je suis bonne avec les gens et j’aime voyager, donc j’ai combiné mes passions. Et puis, quand on cogne aux portes des gens, c’est étonnant mais on peut s’en faire ouvrir. Il suffit parfois d’essayer. Je me suis intéressée aux conflits, mais il y a tellement de choses; si tu as le goût de militer pour le changement climatique, d’aller en Arctique, alors go! Tant qu’à vivre, essayons de mieux vivre ensemble.