Des clubs, des associations, des journaux… et des banques — Cherchez les intruses
13 septembre 2016
Présence remarquée de nombreuses banques lors d’Activities Night

Activities Night (la Nuit des Activités, ndlr), est l’occasion à rentrée pour les étudiants mcgillois de découvrir tous clubs et associations hébergées par l’Association des Étudiants de l’Université McGill (AÉUM), et de possiblement s’y inscrire, comme d’y participer ensuite. Ces chanceux étudiants auront aussi eu l’occasion, une nouveauté cette année, de s’inscrire dans une nouvelle institution bancaire.

Trois banques –Banque Verte, Nova Scotia, et Tangerine  se sont ainsi invitées cette année à cette foire étudiante, en tant que sponsors, pour y faire leur promotion. Pour ce faire, l’AÉUM leur avait réservé un espace conséquent à chaque étage du bâtiment Shatner. Leur présence, bien qu’offrant un peu de joie à l’évènement par la coloration criante de leurs installations, en a fâché certains, et mis d’autres dans l’embarras.

activities2Vittorio Pessin | Le Délit

Le Socialist Fightback Club (Club de la contre-attaque socialiste, ndlr), n’a pas apprécié se trouver faire face à au chapiteau d’une banque faisant douze fois la taille de son stand. Un de ses membres, Kian Kenyon-Dean, s’est insurgé aux oreilles du Délit des ces banques venant “profiter de naïfs étudiants de première année”. Estimant des banques n’avaient rien à faire à Activities Night, il ne s’en est toutefois pas pris directement à l’AÉUM, mais au problème à la source selon lui, l’austérité. Une analyse partagée par McGill Against Austerity (McGill contre l’austérité, ndlr), une autre association militante présente à Activities Night. Un de ses représentants a expliqué au Délit que si l’AÉUM en vient à si bas, c’est parce qu’elle s’y voit forcée par une contexte budgétaire difficile.

Rappelons que la proposition d’augmenter la redevance étudiante à l’AÉUM s’est vu refusée dans un référendum cet hiver passé, à 17 voies près (1600 contres, 1583 pour, et 238 abstentions, pour un total de 3438 votants sur 21 093 inscrits, donnant taux de participation de 16,3% juste au-dessus du quorum situé à 15%).

Pour compenser ce manque-à-gagner, l’AÉUM se doit donc de monétiser ses avoirs et événements, comme l’affirme son vice-président aux Finances, Niall Carolan. Si l’AÉUM organise une telle campagne de sponsors, nous explique-t-il, c’est par devoir envers son corps étudiant. L’association se doit de se maintenir à flots pour assurer son fonctionnement au quotidien et continuer à fournir tous ses services aux étudiants. Les rentrées d’argent se font comme elle peuvent, et si la présence de banques à Activities Night déplaît autant à M.Carolan qu’aux contre-attaquants socialistes, il ne peut s’y opposer, dit-il, insistant “comprendre la frustration” des ces organisations étudiantes froissée par cette intrusion corporatiste.

Et le vice-président aux finances de noter que l’AÉUM avait obtenu des banques qu’elles offrent des bons de bienvenu généreux aux étudiants, afin que ces derniers puissent tout de même sortir gagnants de cette situation. Une pratique qui nous a été confirmée par une employée d’une des banques sur place, qui elle estimait que sa banque “avait autant le droit” que tout club à participer à Activities Night, en tant que sponsor.
Il faudra quoi qu’il en soit s’habituer à cette omniprésence commerciale à l’intérieur du bâtiment Shatner, nous en convainquent les deux imposantes publicités récemment installée au sous-sol. L’une sur le mur, la seconde peinte à même le sol, il est à espérer que quelques mécontents parviendront toutefois à se satisfaire de la piétiner, en chemin vers Gerts.