Vers un campus sans tabac?
16 février 2016 - Image par Camille Biscay
Sujet controversé, mais possiblement envisageable.

Un groupe d’étudiants a été contacté récemment par le Sénat de McGill pour effectuer un sondage dans le but d’analyser la perspective d’un campus sans tabac. Étonnamment, il semblerait qu’une grande majorité des étudiants soient en faveur de cette hypothèse. C’est pour cela que l’AÉUM a décidé d’organiser une consultation le mardi 9 février, dans le but de mieux comprendre les attentes de chacun, et d’évaluer les possibilités pour peut-être tenter une transition vers un campus sans fumée.

Pourquoi c’est important?

Cette consultation a permis principalement d’entendre le point de vue des étudiants — mais aussi d’autres acteurs de la communauté mcgilloise — sur la question du tabagisme sur le campus. La consommation de tabac sur le campus entraîne de nombreux problèmes qui concernent fumeurs comme non-fumeurs: tabagisme passif (qui peut être dangereux pour les personnes souffrant d’allergies ou de troubles respiratoires), pollution, etc. Une transition vers un campus sans fumée semble être une mesure envisageable, mais à long terme. Il faudrait mettre en place certaines mesures ayant pour but de faciliter cette transition.

Quelles sont les propositions?

Plusieurs politiques pourraient être mises en place dans ce but, à différentes échelles. Tout d’abord, il faudrait faire de la prévention auprès des étudiants sur la réduction de la consommation et sur la mise en place de zones fumeurs ciblées sur le campus. Tout cela s’effectuerait dans la perspective d’un changement plus significatif à long terme: arriver à supprimer la consommation du tabac sur le campus — et très probablement aussi de la cigarette électronique. Ces propositions ont été faites par le groupe d’étudiants travaillant sur le tabagisme sur le campus.

Camille Biscay

Comment le projet a démarré?

La genèse de la politique de limitation du tabagisme à l’Université a démarré avec l’interdiction de fumer à moins de neuf mètres des portes de tous les bâtiments de l’Université puis la mise en place de la zone non-fumeur devant les bibliothèques McLennan et Redpath. Cependant, cette dernière mesure s’est avérée plutôt vaine. L’AÉUM a alors contacté quelques étudiants, dans le but de continuer ce projet. Suite au sondage qui a connu un succès plus grand qu’espéré, ils ont considéré qu’il était nécessaire de créer une discussion avec la communauté universitaire, dans le but de satisfaire le plus de monde possible avec les mesures mises en place. Selon David Benrimoh (Sénateur à la Faculté de médecine), un tel résultat était assez inattendu: 73% des étudiants ayant participé au sondage seraient d’accord pour un renforcement de la politique anti-tabac sur le campus. Cependant, il reste beaucoup de controverse sur ce sujet, notamment avec l’idée d’un campus sans tabac.

Ce projet verra-t-il le jour? L’audience de cette consultation semblait plutôt enthousiaste à l’idée des zones fumeurs, ainsi qu’à celle de favoriser la prévention et la diminution de l’usage du tabac sur le campus.