Fable moderne
26 janvier 2016 - Image par Cohen Media Group
Mustang: vent de fraîcheur au Cinéma du Parc.

«Vos gros vêtements couleur de merde font de vous l’émissaire de la morale?»

Cette voix, c’était Lale, cadette d’une famille de cinq sœurs. Elle vient de clouer le bec à une voisine aux mœurs chatouilleuses dont les coups de langue marquent le début de l’intrigue de Mustang, premier film de Deniz Gamze Ergüven.

Cohen Media Group

Tout commençait pourtant tranquillement, par une matinée d’été dans le village turc d’Inébolu au bord de la Mer Noire. Mais voilà qu’on accuse les jeunes filles de «se frotter aux nuques des garçons», sous prétexte qu’elles se sont amusées à monter sur leurs épaules. Il n’en faudra pas plus pour que Lale, Nur, Ece, Sonay et Selma se retrouvent cloîtrées chez elles, sous la tutelle d’un oncle impérieux et d’une grand-mère dépassée. Comme si cet acte innocent représentait la cloche d’alarme qui sonne la fin de leur liberté. Ces filles ont grandi, il faut à tout prix les transformer en épouses dignes de ce nom.

Sans aller jusqu’à caractériser son film de «féministe», la réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Ergüven répète à «toute l’Europe» que Mustang pointe du doigt la sexualisation à outrance à laquelle les femmes turques sont sujettes. «Il y a quelque chose de contestataire dans le film mais de manière assez irréfléchie». Car même si chacune des scènes sont inspirées de faits réels, les réactions des personnages  penchent plus vers le conte que le documentaire.

L’alternance entre gravité et légèreté, lenteur et soubresauts détourne la lutte tradition vs modernité et évite une impression de déjà-vu. Car si le blâme du phallocentrisme est un motif récurrent, la spontanéité des cinq héroïnes alloue à ce procès une fraîcheur de nouveau-né. Quand peu à peu, la situation se retourne et qu’il est temps d’agir, l’enchaînement des plans fait corps avec la prise de conscience des personnages. Il nous faut très peu de temps pour comprendre que la syntaxe de Mustang vient tout juste de valider son brevet de nouvelle merveille du cinéma. 

Cohen Media Group