Sur les pas d’Agatha
19 janvier 2016 - Image par The Christie Archive Trust
Le musée Pointe-à-Callière retrace le parcours de la reine du roman policier.

Avec plus de soixante-six romans policiers au compteur et quelques deux milliards d’exemplaires vendus, Agatha Christie, la «reine du crime», est une figure majeure de la littérature. À l’occasion du 125ème anniversaire de sa naissance, Sur les traces d’Agatha Christie propose un aperçu de son œuvre et de ses inspirations à travers une exposition d’objets personnels et archéologiques cristallisant les grandes étapes de son parcours.

The Christie Archive Trust

À l’image de son œuvre

Née en 1890 dans une famille de la bourgeoisie victorienne traditionnelle, Agatha Christie eut une vie insolite, marquée par un goût précoce pour la littérature et les énigmes policières. Apprenant à lire seule à quatre ans, passionnée par le théâtre et le chant lyrique, la jeune Agatha fait rapidement du genre policier son objet de prédilection. Infirmière lors de la Première Guerre mondiale, elle découvre l’univers des poisons, élément récurrent de ses intrigues. Elle se nourrit également de ses nombreux voyages, notamment dans les pays dominés par l’Empire britannique au Moyen-Orient. Mise au défi par sa sœur, la jeune romancière écrit en 1920 La mystérieuse affaire de Styles, premier ouvrage d’une série de romans inédits au succès mondial incomparable. Agatha Christie se démarque tout au long de sa carrière littéraire par son style unique, caractérisé par des intrigues policières à huis clos sensibles à la psychologie des personnages.   

Regroupant une multitude d’objets personnels, Sur les traces d’Agatha Christie nous permet de plonger dans l’univers de la romancière et fournit une meilleure compréhension de son œuvre et de ses influences. Organisée autour de plusieurs thèmes, comme son enfance ou son expérience de la guerre, l’exposition accumule, à la manière d’un enquêteur, les indices sur son parcours individuel. De ses carnets intimes à ses robes, le travail d’accumulation de l’exposition est remarquable. Des objets plus surprenants sont également présentés, notamment des panneaux décoratifs «Art déco» issus des wagons de l’Orient Express – train reliant Paris à Istanbul qui a inspiré à Miss Christie l’un de ses plus grands succès. Cette profusion de reliques de la romancière permet ainsi de découvrir certains aspects méconnus de son œuvre, comme son intérêt pour la commedia dell’arte.

The Christie Archive Trust

L’archéologie, ayant occupé une place majeure dans la vie professionnelle et personnelle d’Agatha Christie, est également abordée en profondeur par l’exposition. Épouse successive de deux archéologues, les voyages d’Agatha Christie en Mésopotamie et sa participation active sur les terrains de fouille ont profondément nourri son œuvre, allant jusqu’à lui inspirer plusieurs romans policiers sur fond d’Égypte ancienne. Sur les traces d’Agatha Christie regroupe ainsi plusieurs artefacts antiques, dont certains trouvés par son second mari Max Mallowan. Une grande collection de têtes de divinités, de reliefs muraux, de sceaux-cylindres et de tablettes permet d’explorer cette facette majeure de son œuvre. Convaincue des similarités entre le travail d’un archéologue et celui d’un détective, l’archéologie marqua profondément l’œuvre d’Agatha Christie, lui inspirant un nombre impressionnant de récits d’enquêtes qui continuent d’intriguer un public international plus de trente ans après sa mort.

«L’exposition accumule, à la manière d’un enquêteur, les indices.»

«Les gens que j’imaginais étaient toujours plus réels pour moi que ceux que je rencontrais en chair et en os», écrivait Agatha Christie. L’exposition qui lui est consacrée reconstitue cet univers imaginaire, à l’origine d’une création littéraire prodigue. Sur les traces d’Agatha Christie invite à découvrir ou redécouvrir la vie et l’œuvre d’une femme de lettres aventureuse et énigmatique.