Le B.-A. BA des hedge funds
3 novembre 2015
À grands risques, grands retours.

Les fonds spéculatifs, ou encore  hedge funds font fréquemment les gros titres. Dans la presse générale, on aime les diaboliser; dans la presse financière ils sont souvent mis sur un piédestal, symboles de la réussite même; et en politique, on leur accorde le même traitement qu’au reste du secteur financier: on les hait, du moins jusqu’à la prochaine levée de fonds de campagne. Mais que sont-ils vraiment? Que font-ils?

Petite définition

La structure légale d’un hedge fund lui a permis d’éviter les principales régulations du secteur financier. En effet, contrairement aux autres fonds, le hedge fund est autorisé à gérer l’argent de ses actionnaires de façon très agressive. Par conséquent, cela représente beaucoup de risque, soit beaucoup de retours sur l’investissement.

Trois stratégies, généralement évitées par les fonds classiques, sont souvent poursuivies par les hedge funds: la vente à découvert, les produits dérivés et le large levier financier.

La vente à découvert implique que le fonds emprunte une action à son courtier, la vend et s’engage à «rendre» l’action à son courtier au terme de l’horizon de placement. Cette stratégie peut s’avérer extrêmement lucrative si le prix de l’action venait à descendre: on vous prête une action à 50 dollars, et vous la vendez immédiatement. Une semaine plus tard l’action perd 50% de sa valeur, vous rachetez donc la même action pour 25 dollars (que vous aviez vendu 50 dollars une semaine plus tôt). Vous rendez alors l’action à votre courtier, et vous vous retrouvez avec 25 dollars dans la poche. Mais à gros retour, gros risque. Dans le cas adverse où le cours de l’action aurait pris 50%, vous auriez dû racheter l’action à 75 dollars, et auriez perdu 25 dollars dans l’opération.

Les produits dérivés quant à eux, forment une si grande famille à part de produits financiers que nous reparlerons d’eux dans un prochain article.

Le levier financier est en théorie très proche de la vente à découvert. Il consiste simplement à multiplier les profits et les pertes. Le levier financier peut être simplifié comme le ratio du capital propre au capital emprunté d’un investissement. Au Canada, lorsque vous achetez une maison, votre levier financier est typiquement de 4 pour 1 (la banque vous prête 80% de la valeur de votre maison). Dans le cas des hedge funds, selon une étude de la Financial Conduct Authority (FCA) sortie en Juin dernier, le levier brut moyen des hedge funds varie entre 20,3 et 45,6 dollars. En d’autres termes, si la valeur de l’investissement augmente de 1 dollar, le manager gagne entre 20 et 45 dollars (et vice versa pour les pertes).

Une structure qui peut rapporter gros

Né dans les années 50, le hedge fund n’est pas un fond d’investissement ordinaire. Tout d’abord, il assez exclusif: aux États-Unis, seuls les millionnaires peuvent investir dans les fonds spéculatifs en tant qu’investisseurs individuels. En outre, ils ont en moyenne moins de 10% de femmes employées.

Mais avant tout, le  hedge fund est une machine à transformer ses directeurs en milliardaires. D’après Fortune en 2014, le top 25 des directeurs de hedge funds les mieux payés ont gagné, ensemble, la modeste somme de 11.6 milliard de dollars; et Fortune souligne que «2014 n’était pas seulement une mauvaise année, c’était une des pires». Par comparaison, ces managers avaient gagné presque le double en 2013. Le secret de ces sommes astronomiques réside dans la capacité de certains managers à réaliser des retours tout aussi abondants, peu importe les conditions des marchés.