Extase acoustique
6 octobre 2015 - Image par JC. Poujet
Le guitariste manouche Biréli Lagrène ramène son jazz à Montréal.

Ilexiste toutes sortes de jazz. Le jazz généraliste, le jazz expérimental, le jazz pleurnichard, le jazz qui swing, le jazz que l’on ne comprend pas… Mais pour faire court, on retiendra ici que les musiciens qui se risquent à frôler ces double-croches gagnent leur pari lorsqu’ils arrivent à nous prendre par surprise tout en respectant une mouvance bien définie. Le Gypsy Quartet du Français Biréli Lagrène, ne manque pas à l’appel lorsqu’il s’agit de relever ce défi. Considéré comme le Django Reinhardt des temps modernes, le guitariste virtuose est réputé pour l’extraordinaire fluidité de son jeu et sa capacité à combiner une grande variété de styles musicaux. À la grande joie du public du Club Soda, en ce vendredi 2 octobre.

Peu après l’arrivée des musiciens, une certaine magie ne tarde pas à naître. On est vite frappé par le contraste entre le visage grave de Biréli Lagrène, et ce qui se passe un petit peu plus bas. La souplesse avec laquelle s’enchaînent les pincements de cordes transmet des émotions pétillantes, jets toniques que le public reçoit en pleine face. Bouche ouverte, regard concentré, rien n’y fait: les longues mains du guitariste ont toujours un train d’avance sur notre vigilance. Chaque vibration que renvoie la caisse boisée nous fait l’effet d’un saut dans le vide, Biréli ne se contente pas de jouer: il raconte une histoire où se mêlent douceur, suspense et rebondissements. Le doigté de son jeu a ses raisons, que la raison ne connaît point.

Réussir à émettre des sons que l’on n’a pas l’habitude d’entendre, casser le rythme habituel, nous emmener loin… Voilà comment le jazz du quartet parvient à nous toucher. Une impression de confusion nous saisit, le saxophoniste (Franck Wolf) serait donc lui aussi maître dans l’art de simuler la perte de contrôle de son instrument? Son appareil cuivré semble prendre vie, et quand il monte dans les aigues, on croirait que sa tête va exploser. Heureuseument, l’harmonie que le quatuor parvient à conserver et la lourdeur de la contrebasse –jouée par l’étudiant mcgillois Ethan Cohen– nous aident à garder un semblant de sérénité.

Il est rare que la musique fasse rire. Et pourtant, pas facile de garder les lèvres serrées lorsque, à cheval sur une suite de refrains classiques, Biréli s’amuse à reprendre des airs connus comme la rengaine de Roll over Beethoven, l’air tragique du Parrain de Francis F. Coppola ou encore le jingle de Batman. Il lève les yeux et nous lance: «Je suis sûr que pendant deux secondes vous avez cru que c’était du sérieux». Sacré Biréli. C’est facile de se moquer quand on a dix petits génies à la place des doigts et que l’on gratte plus vite que son ombre. Mais on n’a pas le temps de lui en vouloir car stupeur: un morceau doux arrive.

Nous accorderait-on le privilège d’être émus sans honte, par le seul biais noble et apaisant de la musique? Le tempo de la contrebasse ralentit et le saxophone glisse maintenant sur des pistes plus sentimentales. On se sent lourd et léger à la fois. La guitare et le saxophone, tels deux vieux sages, se livrent à un dialogue paisible et argumentent lentement, avant de tomber d’un commun accord. On assiste à l’osmose quasi-totale des deux musiciens et quand Biréli présente son acolyte au public, il précise qu’ils travaillent ensemble depuis le début de ce «bordel».

Le Gypsy Quartet de Biréli l’aura compris: l’intérêt du jazz c’est aussi cette impression de désordre, ce manège de sons qui goûte à tout, doute, prend de l’assurance et détourne chaque note en leur offrant un sens nouveau. C’est donc debout, les mains en l’air que l’auditoire montréalais a baissé son chapeau, après une bonne dose d’extase acoustique.   À quand la prochaine?