L’espace, leitmotiv à l’AÉFA
17 mars 2015 - Image par Gwenn Duval
Le conseil de l’AÉFA débat du Space Project et de la polémique du Centre sportif.

Le conseil législatif de l’Association Étudiante de la Faculté des Arts (AÉFA) du mercredi 11 mars dernier a adopté toutes les motions à l’ordre du jour de façon étonnamment consensuelle. Le conseil a approuvé à l’unanimité la mise en place d’une politique d’accompagnement mieux organisée des victimes d’agressions sexuelles au sein de l’Université. Après une motion pour l’adoption d’un nouveau programme de maitrise, la présidente de l’AÉFA, Ava Liu, a apporté des précisions à propos de son Space Project, avant que la discussion ne s’oriente vers la position que devra prendre l’AÉFA vis-à-vis de la création d’horaires réservés aux filles du Centre sportif.

Un intérêt pour les projets

À la demande des conseillers de l’AÉFA d’il y a deux semaines, Ava Liu a exposé son Space Project devant les membres du conseil. Mme Liu a assuré que l’argent serait investi de manière raisonnable et adéquate et que le budget de l’AÉFA ne serait pas dépensé dans son intégralité pour financer le Space Project. La présidente soutient que l’appropriation de l’espace du campus par les étudiants est importante, que ce ne serait plus seulement l’Université qui offrirait des services, mais l’association étudiante qui investirait alors l’espace et procurerait aux étudiants un environnement de meilleure qualité. Jacob Greenspon, représentant des arts au sénat, qui avait émis quelques réserves lors du conseil du 24 février, semblait plus acquis à la cause du projet mercredi dernier, surtout lorsque l’idée d’un espace vert au deuxième étage du bâtiment Leacock a été mise sur le tapis. Ava Liu a confirmé qu’elle tiendrait le conseil au courant des avancées concernant les plans. Elle y travaille actuellement avec McGill Spaces Project (MSP), Campus Space et le designer Paul Gaunther ainsi qu’avec Gillian Lane-Mercier. La présentation officielle du projet lors d’un événement festif ne devrait pas tarder.

Polémique du Centre sportif

Le conseil s’est légèrement prolongé lorsque le sujet du Centre sportif et de ses plages horaires réservées aux filles a été abordé. Plusieurs propositions et réserves ont été émises, quelques problèmes aussi. Faut-il réserver une heure par jour pour les filles ou bien leur accorder une plus longue plage horaire moins fréquemment? Pourront-elles aller d’une salle à l’autre en tenue de sport sans risque de rencontrer des hommes dans les couloirs? La représentante du programme des études des femmes a demandé comment était traitée la question de l’identité féminine; la réponse a été: «l’entrée serait accordée à quiconque considère être une femme.» La présidente a proposé de créer un espace réservé aux filles dans le Centre sportif, au lieu d’un horaire. Le conseil n’a pas rejeté l’idée, bien que tout cela représenterait des dépenses qu’il faudrait alors discuter.

Le dernier point à avoir été abordé concernait les démissions nombreuses des v.-p. cette année: y aurait-il eu moyen de les éviter? Ava Liu a répondu que pour la dernière démission, celle de la v.-p. aux finances, elle aurait pu avoir recours à une solution, mais que la charge de travail qui restait à accomplir cette année sera plus simplement réattribuée à d’autres membres, dont elle-même. Il reste que certaines circonstances échappent au contrôle du conseil et à celui de la présidente qui a ponctué sa dernière intervention de «malchance». C’est ainsi que le conseil a bouclé la boucle, dans une atmosphère plus calme qu’à l’accoutumée.

 
Sur le même sujet: