Les candidats aux postes exécutifs de l’AÉUM 2015-16
10 mars 2015 - Image par Gracieuseté des candidats.
Petite présentation des candidats.

La période de campagne électorale de l’Association Étudiante de l’Université McGill (AÉUM) a officiellement démarré le lundi 9 mars à 9h, et se poursuivra jusqu’au 20 mars prochain à 17h, quand les résultats seront annoncés au bar étudiant Gerts. D’ici là, les sept candidats officiellement en lice pour les postes exécutifs de l’AÉUM présenteront à diverses occasions leurs programmes, comme à la conférence de presse le 12 mars ou au débat des candidats le 17 mars, afin de convaincre les étudiants de leurs aptitudes pour les postes qu’ils briguent. Les étudiants membres de l’AÉUM, c’est-à-dire l’ensemble du corps étudiant de premier cycle à McGill, seront appelés à voter du 18 au 20 mars pour choisir leurs représentants pour l’année 2015-2016.

Cette année, seuls les postes de président et de vice-président aux affaires internes de l’AÉUM offriront la perspective d’un réel débat entre les différents candidats, car les postes de v.-p. aux finances, v.-p. aux affaires universitaires et v.-p. clubs et services n’ont qu’un seul candidat chacun. Aucun candidat ne se présente au poste de v.-p. aux affaires externes pour le moment, un poste pourtant très chargé politiquement et très important pour les liens entre le campus et le reste de la communauté étudiante québécoise. Le Délit a rencontré pour vous les candidats de cette année afin de vous présenter leurs objectifs et projets de campagne.

PRÉSIDENCE DE L’AÉUM

Kareem Ibrahim

Présent sur tous les fronts à la fois, Kareem Ibrahim combine sa casquette de Floor Fellow à celles de sénateur des Arts à l’Association Étudiante de la Faculté des Arts (AÉFA) et de représentant du sénat à l’AÉUM, auxquelles s’ajoutent divers postes qu’il a occupés par le passé qui lui confèrent une certaine expérience en politique étudiante.

Sa campagne à la présidence de l’AÉUM s’articule sur trois axes: la communication, l’accessibilité et la représentation. Du côté des communications, il souhaite promouvoir la consultation de la communauté étudiante à travers divers forums en ligne et de manière plus générale mieux informer les étudiants sur les diverses manières dont l’AÉUM peut leur être utile. Pour ce qui est de l’accessibilité, M. Ibrahim aimerait voir plus de débats autour de l’accessibilité et de l’inclusion se dérouler au sein de la communauté mcgilloise, et assurer que les groupes marginalisés puissent se sentir plus inclus à l’AÉUM. Enfin, M. Ibrahim compte user de son expérience en matière de plaidoyer étudiant pour garantir une meilleure représentation des étudiants lors des discussions avec l’administration, et prioriser la planification financière à long terme en anticipant les coupes budgétaires à venir du gouvernement provincial. De tous ces objectifs, M. Ibrahim priorisera en premier lieu la communication, qui selon lui sera primordiale pour mieux accomplir ses autres projets.

Alexei Simakov

Alexei Simakov veut du changement à l’AÉUM, et il le crie haut et fort. Il a participé à la mobilisation étudiante en 2011 pour s’opposer à l’occupation du bâtiment d’administration et se décrit lui-même comme une figure d’opposition en politique étudiante depuis. Il s’est opposé à la grève lors du Printemps étudiant et a travaillé pour le comité du non au sujet de la motion sur la Palestine cet automne. Il ne s’inquiète pas de ne jamais avoir été impliqué directement dans l’AÉUM. Selon lui, l’AÉUM a besoin de quelqu’un qui peut œuvrer pour les intérêts concrets des étudiants, pas de technocrates.

Une chose est certaine, on ne peut pas accuser Simakov d’être vague dans ses promesses. Ses objectifs sont clairs: ouvrir les portes de la bibliothèque Redpath, améliorer l’accès aux espaces d’étude ouverts jour et nuit, ramener les sandwichs à Snax et surtout, faire de l’AÉUM une organisation apolitique. Ce dernier point revêt une importance toute particulière pour Simakov: selon lui, l’AÉUM devrait œuvrer à unir la communauté étudiante plutôt qu’à prendre position sur des questions politiques. Par ailleurs, il ne croit pas du tout en l’efficacité des grèves étudiantes pour contrer les politiques gouvernementales. Il s’oppose férocement à l’arrêt des cours lors d’une grève. Selon lui, les étudiants qui ne souhaitent pas y prendre part ne devraient pas en subir les conséquences. Simakov veut recentrer les activités de l’AÉUM sur les problèmes du campus comme la température de McLennan en été, trop basse selon lui.

Aux yeux du Délit, Kareem Ibrahim est sans hésitation le plus compétent des deux candidats. Son parcours dans le monde de la politique étudiante a été, jusqu’à ce jour sans faute. Si nous l’attendons de pied ferme sur ce qu’il entend par «planification budgétaire à long terme», nous croyons en ses capacités pour peser concrètement dans le débat avec l’administration. En plus de désirer l’inclusion de toutes les voix au chapitre de la vie étudiante, Monsieur Ibrahim parle français, ce qui en fait un interlocuteur privilégié. Mais que demande le peuple? L’ouverture des portes de la bibliothèque Redpath ou un président compétent et respectueux?


VP AUX AFFAIRES UNIVERSITAIRES

Chloe Rourke

Chloe Rourke est l’unique candidate au poste de v.-p. aux affaires universitaires. Son expérience en tant que sénatrice des Arts et Sciences auprès de l’AÉUM a pu la familiariser avec le fonctionnement des échanges entre les associations étudiantes et l’administration de l’Université.

Mme Rourke estime qu’il est important qu’elle couvre tous les axes de son portefeuille. La thématique de la santé mentale est selon elle fondamentale et doit être abordée avec sensibilité, mais rapidement. La candidate a souligné sa volonté de poursuivre et approfondir les campagnes de sensibilisation aux maladies mentales, trop souvent stigmatisées. La santé mentale comme la politique concernant le traitement des agressions sexuelles doivent être défendues et comprises par tous les partis concernés, de l’administration aux étudiants, mais doivent rester contrôlées et construites par les étudiants. De plus, la candidate compte conserver une position ferme pour protéger les droits et les besoins des étudiants face aux coupes budgétaires endurées à McGill: il s’agira de faire entendre la voix de la communauté étudiante dans des débats majoritairement réservés aux professeurs et administrateurs. Enfin, Mme Rourke se dit investie par le devoir de familiariser les étudiants avec les actions de leurs représentants auprès des différentes associations au sein de l’Université, sur un campus très diversifié.


VP AUX AFFAIRES INTERNES

Johanna Nikoletos

A-Johanna

C’est dans l’Association Étudiante de la Faculté des Arts que Johanna Nikoletos a fait ses classes. Avec assurance, elle affirme que son présent poste de v.-p. social (qu’elle occupe en remplacement de Kyle Rouhani depuis décembre) ainsi que son expérience professionnelle en communications lui fourniront tous les outils nécessaires pour remplir le poste de v.-p. aux affaires internes à l’AÉUM.

Mme Nikoletos base sa campagne sur quatre piliers: la communication entre l’AÉUM et les étudiants, l’amélioration de la semaine d’orientation, la recentralisation de l’image de l’AÉUM et la poursuite de l’engagement de l’AÉUM dans la communauté. Une fois élue, Nikoletos veut concentrer ses énergies sur l’amélioration des communications entre l’AÉUM et les étudiants en diversifiant les voies de communication, même si elle ne parle pas de projets concrets pour atteindre cet objectif. Son but: prouver à la communauté mcgilloise que l’AÉUM est une association fiable qui joue un rôle essentiel. Au sujet des affaires francophones, Nikoletos prévoit d’augmenter la visibilité de la Commission des Affaires Francophones (CAF) lors de la semaine d’orientation et lui donner une voix lors de l’organisation de l’événement.

Lola Baraldi

Étudiante en histoire, science politique et communications, Lola Baraldi a l’intention d’utiliser les réseaux et l’expérience en évènementielle qu’elle a acquise en politique étudiante par le passé pour mieux servir ses objectifs si elle devait devenir v.-p. interne de l’AÉUM. Elle est présentement v.-p. aux affaires externes de l’AÉFA, ainsi que représentante de la Faculté des arts au conseil de l’AÉUM.

Communication, évènementiel et francophonie sont les trois sphère autours desquelles elle se concentre sa campagne. Vis-à-vis de la communication, Mme Baraldi souhaite institutionnaliser le Comité Ad Hoc pour l’Engagement Étudiant, créé par l’AÉUM il y a quelques mois mais inactif jusqu’à présent, et qui permettra de consulter les étudiants et compiler leurs plaintes concernant l’AÉUM. Elle compte aussi écrire des rapports mensuels sur les activités du conseil exécutif de l’AÉUM, qui seront partagés par écrit et par vidéo. Côté évènementiel, Mme Baraldi veut créer un deuxième comité chargé de l’organisation d’évènements dédié à des évènements plus petits en collaborant plus avec les divers clubs du campus, ainsi qu’un calendrier des évènements en ligne qui permettrait d’alléger le listserv de l’AÉUM. Quant à la francophonie, c’est une priorité pour Mme Baraldi, qui affirme vouloir augmenter la visibilité de la Commission des Affaires Francophones (CAF) en établissant des liens entre celle-ci et d’autres groupes. De plus, si elle est élue, Lola Baraldi promet faire de son mieux pour trouver un local pour la CAF et la compagnie de théâtre francophone Franc-Jeu dans le bâtiment Shatner.

Lola Baraldi a le soutien du Délit. Sa connaissance des réalités francophones, bien qu’elle nous semble améliorable à plusieurs égards, la qualifie sans difficultés devant sa concurrente. Quoique nous l’ayons peu vue sur le terrain politique à proprement parler, Lola Baraldi est forte d’une solide expérience en communication et planification d’événements, nécessaire pour ce poste. De plus, si ses promesses sont tenues, nous pensons qu’elle pourrait devenir une personne clé pour la francophonie sur le campus. C’est donc vers elle, avec espoir, que notre regard se tourne.


VP AUX FINANCES

Zacheriah Houston

Entre les événements déficitaires comme la soirée 4 floors et le manque de transparence dans le budget, les défis sont nombreux pour le potentiel prochain v.-p. aux finances Zacheriah Houston. Unique candidat au poste, il promet de s’attaquer à ces problèmes afin de redorer le blason de l’AÉUM auprès des étudiants. M. Houston occupe présentement le poste de représentant de la Faculté des sciences au conseil législatif de l’AÉUM.

Il fait de l’amélioration de la transparence des opérations financières de l’AÉUM sa priorité. L’étudiant compte réviser les règlements autour des finances et surtout, continuer à rendre le budget plus accessible à la communauté étudiante. Son expérience dans plusieurs autres initiatives de l’AÉUM est une source d’inspiration aussi pour les changements qu’il souhaite apporter. M. Houston travaille au café étudiant Le Nid depuis son ouverture et compte profiter de ses connaissances pour rentabiliser l’établissement et même planifier son expansion dans l’avenir. De plus, M. Houston attache une importance particulière à l’amélioration du système de vérification financière des clubs. Son objectif est de créer un comité spécial dédié à cette tâche afin d’améliorer les communications entre les clubs et les vérificateurs. Il souhaite aussi faciliter l’application à l’aide financière de l’AÉUM pour les différents groupes sur le campus. Là encore, son expérience lui sera précieuse comme il a siégé au comité de financement durant deux ans.


VP CLUBS ET SERVICES

Kimber Bialik

Depuis l’abandon de son adversaire Max Drabkin, Kimber Bialik est la seule candidate au poste de v.-p. clubs et services. Cette année, Mme Bialik était Coordonnatrice du Groupe d’intérêts de l’AÉUM et a participé au Comité de revue des services et au Comité Club ad hoc. La candidate est en outre forte d’autres expériences au sein des clubs mêmes: elle est actuellement la présidente ou co-présidente de quatre clubs au sein de l’AÉUM dont deux visent à aider les enfants ayant des incapacités d’ordre physique ou mental, et deux représentent des intérêts des étudiants mcgillois.

Si elle est élue, la représentation des clubs représentera l’aspect le plus important du mandat de Mme Bialik, dans le sens où les nombreux clubs de l’Université sont souvent exclus des négociations majeures. La candidate compte aussi en profiter pour étudier et aborder l’amélioration de l’infrastructure à disposition des clubs et services sur le court terme comme sur le long terme. Un autre objectif fondamental à son programme est de regagner, dans le cadre des négociations sur le  renouvèlement de la convention collective avec l’administration, le droit pour les clubs d’utiliser le nom de McGill pour faciliter leurs initiatives de publicité.