La dérégulation divise l’AÉUM
17 février 2015 - Image par Éléonore Nouel
L’Assemblée générale et la dérégulation des frais de scolarité sont à l’ordre du jour.

Le conseil législatif de l’AÉUM s’est réuni le jeudi 12 février, dans le bâtiment Shatner comme à son habitude, afin de discuter de la dérèglementation des frais de scolarité et des changements à l’Assemblée générale. Les membres du conseil en ont aussi profité pour discuter du nouveau comité contre l’austérité.

Opinions partagées

Le plus important débat de la soirée a porté sur l’adoption d’une motion déclarant l’opposition de l’AÉUM à la dérégulation des frais de scolarité pour les étudiants internationaux. Cette nouvelle configuration des frais de scolarité, qui consiste en une taxation différenciée selon le domaine d’étude des étudiants, avait été suggérée par le rapport Tremblay-Roy mandaté par le Sommet sur l’enseignement supérieur de 2013 et publié en décembre dernier. Bien que finalement adoptée, la motion a rencontré bien des réticences au sein du conseil. Certains représentants ont fait valoir que l’Université avait besoin de financement et que cet argent ne tomberait pas du ciel. Annike Rioux, représentante de la Faculté d’ingénierie, a rappelé le manque à gagner causé par les coupures budgétaires du gouvernement. Selon elle, c’est se montrer irréaliste que de se positionner contre une augmentation des frais de scolarité et la dérégulation tout en souhaitant que l’Université ne coupe pas dans l’offre de cours. Certains conseillers auraient préféré que la motion soit présentée en Assemblée générale afin d’avoir une meilleure idée de l’opinion des étudiants.

Cependant, plusieurs représentants craignent que la dérégulation ne réduise l’accès des étudiants provenant de milieux socioéconomiques plus défavorisés.

Selon Eddie Lin, représentant de la Faculté des arts, cette mesure est injuste. «Les étudiants internationaux paient déjà beaucoup plus que les autres, ce n’est pas raisonnable d’ajouter un fardeau supplémentaire sur leurs épaules», a affirmé M. Lin. Au contraire, l’administration de McGill, notamment le vice-principal Ollivier Dyens, a clairement manifesté son appui pour un tel changement afin d’augmenter les revenus de l’établissement.

Motions de procédure

Trois autres motions ont aussi été discutées. Le conseil a approuvé à l’unanimité l’ajout d’une question  concernant le fonds des bourses de l’AÉUM au référendum d’hiver. Les étudiants seront appelés à donner leur avis sur le prélèvement d’un frais pour financer le programme de bourses de l’AÉUM. La survie du programme dépend entièrement de l’accord des étudiants. L’Université contribue à ce système de bourses en doublant la somme donnée par les étudiants. Une motion portant sur des changements qui permettrait de faciliter le déroulement de la prochaine Assemblée générale a aussi été approuvée. Des bénévoles seront spécialement formés afin de répondre aux questions des étudiants sur les règlements procéduraux. Aux dernières assemblées, les différents représentants du conseil de l’AÉUM étaient sur place, mais comme ils n’étaient pas identifiés, plusieurs étudiants ont eu de la difficulté à les trouver pour leur adresser des questions.

Comité de mobilisation contre l’austérité

Le rapport de la v.-p. aux Affaires externes, Amina Moustaqim-Barrette, a permis d’en apprendre un peu plus sur le comité de mobilisation contre l’austérité qui s’est réuni pour la première fois le mercredi 11 février. L’objectif de ce comité est d’organiser une campagne de mobilisation contre les mesures d’austérité mises en place par le gouvernement provincial. Au sujet d’un potentiel vote de grève pour marquer l’opposition des étudiants aux mesures d’austérité, Mme Moustaqim-Barrette encourage les départements et les facultés à procéder à leur propre vote. Un vote au niveau de l’AÉUM serait trop compliqué selon elle. Le comité de mobilisation fournira des trousseaux de vote aux associations souhaitant organiser un vote de grève.