RVC s’enflamme
17 février 2015 - Image par Louis Baudoin-Laarman
Le toit du RVC est endommagé par un incendie accidentel.

La toiture de la résidence mcgilloise Royal Victoria College (RVC) a été sérieusement endommagée le mardi 10 février par un incendie déclenché au cours de la matinée. L’incendie a été rapidement maitrisé par le Service de sécurité incendie de Montréal, mais les dégâts causés sur le toit de l’aile ouest du bâtiment ont entrainé le déménagement forcé des étudiants qui y vivaient.

Selon le Service de sécurité incendie de Montréal, un appel concernant l’incendie dans la résidence, située au centre-ville, a été reçu à 10h46. Les 20 véhicules et 50 pompiers dépêchés sur place se sont rendus maîtres de la situation et tous les dangers étaient  écartés à 13h45. Le chef du Service de sécurité incendie de Montréal a affirmé au McGill Tribune que les pompiers «[…] ont pu éteindre le feu dès qu’ils l’ont localisé, cela n’a pris que quelques minutes dès qu’ils l’ont aspergé d’eau». Le feu a démarré dans un espace vide situé sous le grenier de la résidence, d’où il a endommagé la charpente de la toiture. Si les dégâts des flammes sur le toit étaient importants, c’est l’intervention des pompiers et l’usage des lances à eau qui a causé les plus gros dégâts. L’infiltration de l’eau dans l’étage inférieur au grenier a occasionné des dégâts qui coûteront cher à réparer.

Matthieu Laperle, directeur principal du logement étudiant à McGill, s’est félicité de l’efficacité de l’intervention des pompiers et de l’évacuation des étudiants présents. «C’est une valeur ajoutée dans l’expérience qu’on a et aussi dans la garantie que nous avons de l’efficacité de la sécurité qu’il y a sur le campus. Il y a un encadrement professionnel et on l’a prouvé hier» a-t-il commenté. Selon lui, l’incendie du RVC était le premier de cette ampleur dans un bâtiment de McGill, même si des incidents similaires mineurs s’étaient déjà produits par le passé.

L’administration a quant à elle salué la solidarité démontrée par la communauté mcgilloise et montréalaise vis-à-vis des 81 étudiants évacués. Ils sont temporairement logés à la résidence étudiante Evo, très proche du RVC. Selon Janice Johnson, la directrice gérante des résidences, des floor fellows de toutes les résidences sont venus aider les étudiants, le département de sport a fait don de vêtements, et plusieurs anciens étudiants ainsi que l’Université de Montréal et Concordia ont appelé pour proposer des logements aux étudiants déplacés. «Je n’arrivais pas à croire à quel point toute la communauté a été généreuse en soutenant ses membres ainsi» a-t-elle ajouté au McGill Reporter.

Une enquête a été ouverte immédiatement après le début de l’incendie pour en découvrir les causes, même s’il était certain dès le départ que l’incendie n’avait pas été démarré par un quelconque pyromane. «Je ne peux pas vous dire ce qui a fait flamber mais il n’y vraiment rien de criminel, c’est d’origine naturelle» a commenté au Délit Éric Labad, agent relationniste du Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM), qui avait également dépêché une escouade sur le site. Selon le Service de sécurité incendie de Montréal, le feu était d’origine accidentelle, et aurait été causé par un problème en lien avec le système de climatisation. Selon eux, les détails de l’enquête dont l’administration devrait posséder une copie sont de nature confidentielle et ne peuvent être partagés avec le public. L’administration dit ne pas avoir encore reçu ces détails.