Début de semestre pour Divest
27 janvier 2015 - Image par Inès Léopoldie-Dubois
L’association démarche les étudiants contre l’industrie fossile.

Divest McGill a débuté ses activités du semestre le mardi 20 janvier dernier avec une soirée éducative sur le désinvestissement et les projets futurs de l’association. Le groupe a invité ses membres ainsi que les étudiants intéressés à honorer leurs résolutions du nouvel an en s’impliquant pour une cause sociale. Une trentaine de participants se sont réunis dans le salon des locaux de l’association ECOLE pour l’occasion. L’objectif de Divest McGill [désinvestissement McGill, ndlr] est de convaincre les dirigeants de l’Université McGill, et sur un plan plus global les administrations des institutions d’enseignement supérieur en Amérique du Nord en général, de cesser d’investir dans l’industrie des combustibles fossiles. Durant la présentation, les membres de l’association ont fait valoir aux participants que l’implication financière de l’Université dans cette industrie n’est pas éthique. Selon eux, non seulement les combustibles fossiles sont nuisibles pour l’environnement, mais ils sont aussi une source d’iniquités sociales. McGill, en tant qu’établissement dévoué à la recherche, ne peut donc tout simplement pas continuer à participer à une industrie qui fait fi des données scientifiques au sujet du réchauffement climatique.

Divest McGill, créé il y seulement deux ans, compte déjà plus d’une cinquantaine de membres à son actif. Cameron Power, étudiant de première année en sciences, affirme que c’est suite à une présentation offerte par le journaliste et environnementaliste américain Bill McKibben sur les changements climatiques qu’il a décidé de s’impliquer. La combinaison de protection de l’environnement et de justice sociale de Divest McGill l’a tout de suite tenté. Pour Geneviève Brulé-Ouellette, pour qui la réunion était le premier contact avec l’association, c’est une occasion de faire une différence sur le campus: «Je veux faire plus de mon passage à McGill que simplement obtenir un diplôme. Je sais que je vais tirer une réelle fierté de contribuer à en faire un campus plus vert» affirme l’étudiante en développement international. 

Les objectifs du semestre

L’organisme a plusieurs événements prévus pour le semestre. Alors même que le rassemblement Divest 101 avait lieu, le comité de recherche s’activait à peaufiner un document qui sera soumis au Conseil des gouverneurs le 2 février afin de démontrer l’impact social négatif des combustibles fossiles. Il s’agit du deuxième texte de Divest McGill visant à convaincre le conseil de changer son orientation en matière d’investissement. Le document de recherche sera accompagné d’une pétition signée par plus de 1400 étudiants. Un événement sera aussi organisé le 13 février dans le cadre de la journée globale de désinvestissement. Ce semestre sera aussi marqué par le début d’une nouvelle initiative auprès des anciens étudiants de McGill. L’association veut rejoindre ces gens afin de les convaincre de faire leur don à un fonds spécial plutôt que directement à l’Université. Ainsi, McGill ne pourra profiter de cet argent qu’en remplissant des conditions de désinvestissement. Dans le cas contraire, les fonds amassés seront remis à un organisme de protection de l’environnement.

Un mouvement national

Il n’y a pas qu’à McGill que le désinvestissement dans les combustibles fossiles unit les étudiants. Plus de 300 campus universitaires accueillent un chapitre du mouvement de désinvestissement. Au total, plus de 700 groupes de tous les milieux, comme des associations religieuses et même des villes, ont adhéré à la cause. Déjà 19 universités ont décidé de retirer leurs investissements de l’industrie des combustibles fossiles. Au Canada, l’Université Concordia a devancé McGill à ce niveau et est devenue en décembre dernier la première université canadienne à se désinvestir partiellement des combustibles fossiles.