«Vous ne nous détruirez pas»
13 janvier 2015 - Image par Luce Engérant
La liberté d’expression triomphera.

Malgré l’attaque du 7 janvier contre Charlie Hebdo, quelque chose me rassure et me réconforte: la France, que l’on disait molle, peu solidaire, perdue, semble s’être rassemblée pour porter un message que nous, citoyens des démocraties occidentales, devons continuer à porter, sans avoir peur. Ce message a déjà été prononcé en 2011, après l’attentat d’Oslo et le massacre d’Utoya, par Jens Stoltenberg, alors premier ministre norvégien: «J’ai un message pour celui qui nous a attaqués et pour ceux qui sont derrière tout ça: vous ne nous détruirez pas. Vous ne détruirez pas la démocratie et notre travail pour rendre le monde meilleur. […] Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d’ouverture et de tolérance».

Les premières réactions aussi bien de la part du président de la République que de la population française semblent aller dans ce sens. En effet, François Hollande a tout de suite rappelé que «ce n’est pas en nous divisant, en stigmatisant une religion, en cédant à la peur que nous nous protégerons, c’est en défendant fermement nos règles communes, la laïcité, l’ordre républicain, la sécurité des personnes, la dignité de la femme». De plus, les valeurs principales transmises par les manifestations de personnes sont celles de la liberté d’expression et du refus de la peur.

Ces appels à la liberté d’expression sont les bienvenus dans un pays qui a souffert de «l’affaire Dieudonné» il y a un an, presque jour pour jour. N’oublions pas que la France, c’est aussi la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 et son Article 11: «La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi». Continuons à défendre ces valeurs, les libertés fondamentales et en particulier la liberté d’opinion, d’expression de pensée. N’oublions pas qu’il faut la défendre, non seulement contre les terroristes qui ont cru faire taire les dessinateurs des caricatures de Mahomet, mais aussi contre toute personne qui oblige quelqu’un à taire son opinion.

N’oublions pas que l’Université McGill est classée parmi les pires universités sur le plan de la liberté d’expression et que l’Association Étudiante de l’Université McGill (AÉUM) est aussi classée dans le top 10 des associations étudiantes contre la liberté d’expression. Rien qu’au semestre dernier, l’AÉUM s’était attiré les foudres de certains étudiants, car l’association étudiante avait refusé de donner la parole aux personnes qui ont des vues divergentes, tout en appuyant la création d’espaces sécuritaires (safe space) sur le campus, alors que certains étudiants de McGill avaient interrompu le déroulement d’une conférence pro-vie en 2009. Charb, Cabu, Honoré, Tignous et Wolinski sont morts. Honorons-les en faisant des blagues sur les prêtres pédophiles, Mahomet, les homosexuels, les beaufs, les pauvres, les handicapés…