Recherche chef de parti – temps plein
4 novembre 2014 - Image par Luce Engérant
Actualité de la course à la chefferie au Parti québécois.

Les membres du Parti québécois (PQ) seront invités à voter en mai 2015 pour l’élection d’un nouveau chef, l’ex-première ministre Pauline Marois ayant démissionné de son poste après sa défaite dans la circonscription de Charlevoix le 7 avril dernier. La période de mise en candidature a débuté le 14 octobre. Il faut récolter 20 000 dollars et 2000 signatures de 50 circonscriptions (sur 125) pour être candidat officiel au premier tour. Retour sur les parcours et idées des candidats et potentiels candidats.

La défaite du PQ aux élections générales de 2014 était son pire résultat depuis 1970. Le parti n’a réussi qu’à récolter 25,38% des voix et a perdu son gouvernement face au Parti libéral du Québec (PLQ) de Philippe Couillard. On a souvent plaidé, autant à l’intérieur du PQ que parmi ses adversaires, que la Charte des valeurs québécoises, proposée par le ministre des Institutions démocratiques du temps, Bernard Drainville, était la cause de cette défaite, de même que le manque de cohérence et l’instabilité au sein du parti.

Pour l’instant, il y a cinq personnes qui ont officialisé leur intérêt dans la course à la chefferie en allant chercher leur billet de candidature. La députée de Vachon et ex-ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, promet, si elle est élue à la tête du parti, un référendum dès le premier mandat d’un futur gouvernement péquiste.

Bernard Drainville, député de Marie-Victorin au cœur de la controverse de la Charte lors des dernières élections, pense qu’une fissure s’est créée entre les Québécois et son propre parti. Selon lui, le PQ doit se réconcilier avec ses électeurs afin de gagner la bataille du souverainisme au Québec.

Enfin, Jean-François Lisée, député de Rosemont, a publiquement annoncé sa candidature hier, à l’émission Tout le monde en parle. Il ira chercher son bulletin de candidature aujourd’hui même. Dans son nouveau livre Le Journal de Lisée, il propose sa vision de l’indépendance: une transition en partenariat avec le fédéral, plutôt qu’en opposition, une monnaie propre, une politique de défense autonome et le maintien du Québec dans la plupart des organisations militaires dont le Canada est membre aujourd’hui.

Les autres candidats en voie de devenir officiels sont Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses, et Alexandre Cloutier, député du Lac-Saint-Jean. Le premier, candidat dans la circonscription Laurier-Doiron aux élections provinciales de 2014, veut mettre l’accent sur la justice sociale et les droits sociaux, écrivant sur le site de sa campagne, pierrecere.org: «Il est hors de question de laisser l’actuel gouvernement libéral de M. Couillard et associés disloquer ce que nous avons construit avec autant d’efforts.»

Cloutier, de son côté, affirme que le PQ a besoin de sang neuf. «Le Parti québécois ne peut se contenter d’être, dans huit mois, une copie carbone de ce qu’il est aujourd’hui», lance-t-il au quotidien Le Devoir. Il veut également que le PQ cesse la politique sectorielle afin de rejoindre toute la population québécoise.

Atypique

D’autres candidats ont exprimé leur intérêt dans la chefferie, sans encore avoir été cherché de billet de candidature. Le plus populaire d’entre eux, récoltant 53 % des appuis parmi les sympathisants péquistes d’après un sondage de Léger Marketing, est Pierre Karl Péladeau, ancien président et chef de la direction de Québecor et député de Saint-Jérôme. Tout nouveau au PQ, il n’y a fait son entrée qu’au début des élections provinciales de 2014 et sa candidature n’a pas été sans controverse , notamment à cause de ses positions sur les lockout durant sa direction à Québecor. D’autre part, certains membres de l’Assemblée nationale, dont le premier ministre Philippe Couillard, se demandent si ses actifs et son influence médiatique au Québec ne poseront pas de problèmes d’éthique ou de conflits d’intérêts quant à ses interventions en politique, allégations que M. Péladeau  a qualifié de «ridicules» en conférence de presse. Ses idéologies politiques, toutefois, restent obscures, même pour ses propres collègues au PQ: «On connaît peu M. Péladeau d’un point de vue politique, on le connait mieux comme dirigeant de Québecor», admet la députée Martine Ouellet.

Compte tenu du nombre de candidats et de leurs divergences d’opinions, une chose est certaine: peu importe le résultat, le parti devra réorganiser ses idées. Tous les candidats, même les moins populaires, ne se sentent pas intimidés par la course à la chefferie. «Le bon dernier peut toujours finir bon premier», affirme Alexandre Cloutier dans Le Devoir.