Ut pictura poesis
16 septembre 2014 - Image par Cécile Amiot
De la couleur des mots: 20 écrivains, 20 œuvres au Musée des Beaux-Arts.

Michelle Corbeil, la directrice du FIL, a approché vingt écrivains complices du festival et leur a donné la consigne d’écrire un court texte de fiction en s’inspirant d’une œuvre de la collection permanente du Musée des Beaux-Arts de Montréal (MBAM).Ils ont chacun récité leur création au Musée le samedi 13 septembre au cours d’une visite. L’événement fait écho à celui qui s’était déroulé il y a dix ans au Musée d’art contemporain, où sept écrivains avaient alors été invités.

En dépit de la reconnaissance nationale dont jouissent certains des auteurs conviés, tous font preuve d’une humilité qui donne une ambiance intime à l’événement. La visite, dynamique, nous entraine à travers les dédales du MBAM, à commencer par le pavillon des arts asiatiques où nous attend Robert Racine, un habitué de l’art visuel. La suite nous précipite devant Tristan Malavoy, l’actuel chef de section Livres et Arts visuels à l’hebdomadaire Voir, qui raconte l’hiver avec son père en prenant appui sur une motoneige. Après une petite allusion à la célèbre madeleine proustienne, il conclut avec: «un fils et un père filant sur des neiges éternelles, avec un goût de sucre sur les lèvres.» Le public est conquis, dans le cocon du musée, l’échappée est un succès. 

Dans le pavillon Claire et Marc Bourgie, qui a pour objet l’art québécois et canadien, neuf écrivains occupent les galeries. Suzanne Jacob s’attarde sur une sculpture qu’elle rebaptise «Le vaisseau de bronze», représentant trois femmes en fuite. Elle porte, dans sa fiction, une réflexion sur l’humanité, la volonté et la création. Là où l’Histoire se mêle à l’art, la poétesse s’ancre le temps d’un instant. Du même artiste, Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté, l’écrivaine Perrine Leblanc, absente lors de l’événement, a choisi une peinture qu’elle nomme «l’heure bleue», pour l’occasion. Elle s’approprie la voix du modèle, amante du peintre, dont elle raconte l’amour et l’envie de tout détruire avec des mots qui attendrissent les spectateurs.

Du lyrisme au théâtre

Sur les chemins de la modernité, Chrystine Brouillet a, elle aussi, décidé de prendre position à l’intérieur de la peinture. Dynamique adepte des romans policiers, c’est une véritable scène qu’elle joue devant le tableau qui représente une femme dos à sa porte, tenant la poignée. Qu’y-a-t-il derrière ? Ça, elle ne le dira pas; ou peut-être que si mais alors sans le vouloir parce que c’est un terrible assassinat. Pour rester dans le cadre théâtral, Robert Lalonde enchaîne avec une «pirogue de guerre indienne» par Emily Carr. Puis, Michel Tremblay, le célèbre dramaturge québécois, donne vie au personnage d’une jeune fille occupée à attacher son soulier. Il nous parle du quotidien de la demoiselle et de ses préoccupations avec le ton à la fois doux et incisif que nous lui connaissons. Devant «Dryden» de Serge Lemoyne, c’est notre professeur au Département de Langue et Littérature Françaises de McGill, Alain Farah le fameux, qui déclame vingt-neuf petits aphorismes, puisque c’est le numéro porté par L’honorable Ken Dryden lorsqu’il défendait le but au hockey.  En plus de profiter de l’occasion pour émettre un discours sur la peinture et le sport, Farah parle de sa mère, de la mort, on connaît la chanson. La recette infaillible fait rire de bon cœur le public. 

Entre fiction et réalité

Le prochain écrivain, Rodney de Saint-Éloi, a opté pour Basquiat. Il porte son adresse au peintre dans une tournure épistolaire empreinte de tendresse et d’amitié. Le thème de la résistance résonne sous la frustration qu’on devine canalisée par l’art. Louise Bombardier, pour sa part, fait fort: elle s’inspire de sources historiques pour parler d’un tableau d’Édouard Vuillard. La vie et l’œuvre du peintre sont racontées; la place de sa sœur, muse asservie, est discutée. Louise Bombardier déclare elle-même: «c’est un vrai téléroman artistique!» 

La visite se termine sur «l’œil» de David Altmejd, artiste à nul autre pareil dans le domaine de la sculpture montréalaise. L’écrivaine Monique Proulx nous parle de l’ange transpercé qui fait office de figure de proue au bâtiment Bourgie du Musée des Beaux-arts, sur la rue Sherbrooke.

Contrainte et liberté d’expression

Finalement, les réponses artistiques à la commande révèlent des modes d’expression saisissants. Si certaines tonalités se font écho, ce n’est certes pas sur le mode de la répétition. Les styles cohabitent, se répondent par moments, mais semblent plutôt permettre une différenciation tant sur le fond que la forme. L’impression qui se dégage de la visite rappelle le parcours de l’ascenseur de verre de Roald Dahl; chaque œuvre du musée recèle d’un potentiel imaginatif sans bornes et la présentation aiguille l’approche du spectateur sur le sentier de la fiction. Par ce samedi pluvieux, il eût été difficile d’être plus au chaud que dans l’univers de ces grands de la littérature québécoise pour profiter d’un superbe survol de la période dans laquelle nous sommes inscrits. Mordus de lettres ou simples adeptes des musées, il est encore temps d’aller s’imprégner des textes qui seront affichés jusqu’au 21 septembre.