Wes Anderson 101
24 mars 2014 - Image par Gracieuseté du Cinéma du Parc
Le Cinéma du Parc présente une rétrospective du réalisateur américain.

Du 21 au 27 mars, le Cinéma du Parc présente trois films judicieusement sélectionnés et très différents les uns des autres pour se familiariser avec l’univers et le style singulier de Wes Anderson: Bottle Rocket (1996), Fantastic Mr. Fox (2009) et Moonrise Kingdom (2012).

Brièvement, présentons quelques caractéristiques des films de Wes Anderson. Tout d’abord, la production de ses films se fait souvent dans une ambiance très familiale. En effet, Anderson collabore régulièrement avec les mêmes artisans, tels qu’Owen Wilson, Bill Murray, Roman Coppola et Jason Schwartzman.

Ensuite, il y a la mise en scène, unique à Anderson. Il utilise la technique dite du flat staging, préconisée dans la comédie. Il s’agit de toujours placer les éléments au centre de l’objectif, afin qu’ils soient perpendiculaires ou parallèles à celui-ci, comme dans une bande dessinée de Charlie Brown. Ainsi, les personnages et décors sont centrés et très symétriques. Les personnages marchent en ligne droite et sont de face ou de profil à la caméra.

Finalement, la direction artistique est méticuleuse et précise. Les décors sont souvent excentriques et parfois rétro, avec des palettes de couleurs limitées. La bande sonore est régulièrement composée de chansons des années 1960 et 1970 ou confiée à des compositeurs de renom comme le français Alexandre Desplat.

Bottle Rocket 

Sorti en 1996, Bottle Rocket est le premier long-métrage du réalisateur texan, qu’il a coécrit avec son colocataire à l’université. L’acteur Owen Wilson y joue aussi un des rôles principaux, avec son frère Luke. Il est inspiré d’un court métrage du même nom réalisé et interprété par les mêmes artistes, présenté en 1992 au Festival de Sundance.

C’est l’histoire d’Anthony (Luke Wilson), Dignan (Owen Wilson) et Bob (Robert Musgrave) qui désirent devenir cambrioleurs professionnels. À la suite d’un simple braquage, ils prennent la fuite pour rencontrer et collaborer avec un certain monsieur Henry (James Caan). Dans leur périple, Anthony tombe amoureux d’une femme de ménage latino-américaine dans un motel.

Bottle Rocket est une comédie indépendante qui, à sa sortie, fut un échec commercial mais pourtant apprécié de la critique. Il a permis à Wes Anderson de se faire un nom et de présenter quelques éléments cinématographiques qui deviendront sa marque de fabrique, dont le flat staging et un sens de l’humour singulier.

Fantastic Mr. Fox 

Le septième long-métrage de Wes Anderson est adapté d’un livre pour enfants éponyme de Roald Dahl. C’est l’histoire de Mr. Fox (George Clooney), autrefois un grand voleur de pigeons, qui décide de cambrioler ces trois voisins fermiers. Ces derniers feront tout leur possible pour avoir sa peau.

Fantastic Mr. Fox, bien qu’il soit un film d’animation adapté d’un célèbre livre pour enfants, est loin d’être destiné uniquement à un jeune public. En effet, Anderson a poussé l’histoire de son long-métrage beaucoup plus loin que dans le roman, avec une plus grande touche d’ironie et plus de références intellectuelles, ce qui plaît majoritairement aux adultes.

La qualité de l’animation, via la technique stop-motion, est particulièrement impressionnante et méticuleuse. C’est une œuvre d’art de 86 minutes et un véritable plaisir pour les yeux. De plus, le casting est impressionnant et on retrouve de grands noms dans des rôles secondaires comme Meryl Streep, Michael Gambon et Willem Dafoe. Aussi, il s’agit de la première participation du compositeur Alexandre Desplat à la musique, qui signe une bande sonore très excentrique et amusante. C’est donc sans surprise que Fantastic Mr. Fox avait été nominé aux Oscars en 2010 dans la catégorie du Meilleur film d’animation et de la Meilleur musique originale.

Moonrise Kingdom 

Sorti en 2012, Moonrise Kingdom a été à la fois un grand succès commercial et critique. C’est une histoire d’amour entre Suzy (Kara Hayward) et Sam (Jared Gilman) deux pré-adolescents très intelligents et mal-aimés qui décident de s’enfuir ensemble de leur maison et camp de scouts respectifs.

Nominé aux Oscars en 2012 pour le Meilleur scénario original (coécrit par Roman Coppola et Wes Anderson), Moonrise Kingdom résume parfaitement le genre cinématographique de Wes Anderson: humour noir, intello et absurde, présence de plusieurs de ses fidèles collaborateurs (qui sont aussi  au casting de The Grand Budapest Hotel), musique d’Alexandre Desplat et mise en scène rétro, centrée et symétrique. On y retrouve également deux thèmes récurrents: les familles dysfonctionnelles et les enfants parfois plus intelligents que les adultes.

Trois œuvres à découvrir ou à revoir avant de se lancer dans The Grand Budapest Hotel.